Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du mercredi 11 septembre 2019

Les courriers du cœur, des rubriques qui n'ont pas que du mauvais

Publié le

Une femme lit un journal.
Au-delà de leur aspect divertissant, les rubriques de type courrier du cœur peuvent apporter des pistes de réflexion intéressantes aux lectrices et lecteurs.   Photo : iStock

Ultrapopulaires sur le web et dans certains journaux, les courriers du cœur – ces rubriques où monsieur et madame Tout-le-Monde demandent conseil à une ou un spécialiste ou à une personnalité publique en matière de vie matrimoniale, sentimentale ou sexuelle – doivent être pris à la légère. « Il n'y a pas d'ordre professionnel qui encadre ces conseils-là », note la psychologue Édith Saint-Jean Trudel. Cela dit, les courriers du cœur ont tout de même du bon, car ils peuvent permettre à leur lectorat de cultiver l'empathie et nourrir des réflexions introspectives.

D’entrée de jeu, Édith Saint-Jean Trudel souligne que des études ont récemment été menées pour évaluer l’efficacité des conseils qui sont donnés aux personnes qui demandent de l’aide sur ce genre de tribunes. Il appert que les suggestions ou recommandations qui y sont faites peuvent être utiles, à condition qu’elles soient prodiguées dans le cadre d’une relation thérapeutique ou d’une relation de soutien, ce qui n’est assurément pas le cas dans les courriers du cœur.

Cela dit, les courriers du cœur ont des aspects positifs. Même si elles viennent parfois titiller la ou le voyeuriste en nous, ces rubriques peuvent être utiles à de nombreux égards.

C’est divertissant, mais ça renforce aussi l’ouverture. On lit tellement plein d’histoires qu’on n’a pas le choix de laisser tomber quelques préjugés. L’autre chose aussi que j’aime bien, c’est que ça fait développer la capacité à s’autoanalyser.

Édith Saint-Jean Trudel, psychologue

Chargement en cours