Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du mardi 10 septembre 2019

Moins laver ses vêtements pour moins polluer, une tendance qui coûte cher

Publié le

Un homme fait la lessive.
Dans un ménage, la lessive monopolise 20 % de la consommation d’eau potable.   Photo : iStock

Que diriez-vous de porter le même vêtement pendant 30 jours sans le laver? C'est ce que proposent des entreprises comme Unbound Merino ou Wool & Prince, qui vendent, par souci environnemental, des vêtements conçus pour être portés plus longtemps et lavés moins souvent. Selon Christian Bourque, spécialiste en marketing, l'idée n'est pas mauvaise, mais encore faut-il que les consommatrices et consommateurs aient les moyens de s'habiller avec ces vêtements pour laver moins souvent leurs t-shirts ou leurs sous-vêtements, car de tels habillements ne sont pas donnés.

« S’équiper pour ne pas polluer avec sa lessive va nous demander de payer plus cher [pour l'achat de vêtements] », observe Christian Bourque. Par exemple, Unbound Merino détaille à 60 $ un t-shirt en laine qu’il est possible de porter de 20 à 30 jours d’affilée sans lavage.

L'entreprise Wool & Prince propose quant à elle un t-shirt à 128 $. Pangaia, une marque écologique, vend pour sa part des t-shirts en fibre d’algues traitée à l’huile essentielle de menthe poivrée. Le coût? 85 $ le morceau.

Selon Christian Bourque, le prix de tels vêtements n’est pas le seul frein à leur adhésion par les consommatrices et consommateurs : il faut également convaincre les gens de changer leurs habitudes hygiéniques, ce qui n’est pas une mince tâche.

Une industrie très polluante

Il n’en demeure pas moins que la création de vêtements qui nécessitent moins de lavage répond à une préoccupation environnementale de plus en plus présente chez les consommatrices et consommateurs, selon le spécialiste en marketing.

L’industrie de la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde, après l’industrie des énergies fossiles, comme le pétrole, le charbon et les autres.

Christian Bourque, spécialiste en marketing

Par exemple, 15 000 litres d’eau sont utilisés pour la confection d’un seul jean.

Chargement en cours