•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mon enfant est-il vraiment atteint d’un TDAH?

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Mon enfant est-il vraiment atteint d’un TDAH?

Audio fil du vendredi 26 avril 2019
Une photo d'un jeune garçon posant son visage sur sa main.

Le TDAH est diagnostiqué chez plus de jeunes au Québec que partout ailleurs en Occident.

Photo : iStock

En moins de 10 ans, le nombre de diagnostics du trouble du déficit d'attention avec hyperactivité (TDAH) a doublé au Québec, pour dépasser le taux de prévalence moyen en Occident. Les spécialistes québécois seraient-ils trop prompts à diagnostiquer ce trouble souvent associé aux enfants turbulents? Sarah Lafontaine, doctorante en soins infirmiers, nous explique qu'il arrive effectivement que des patients soient mal diagnostiqués.

En Occident, la prévalence du TDAH est uniforme : ce trouble touche entre 5 et 8 % des enfants, rapportent les études. Selon la banque de données administratives de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) (Nouvelle fenêtre), dans la Belle Province, le taux chez les 0 à 25 ans était de 5,2 % en 2006-2007, soit pile dans la moyenne occidentale. Toutefois, la même étude en 2014-2015 a permis de déterminer que 10,3 % des jeunes Québécois sont aujourd’hui atteints du TDAH.

Ce taux est significativement supérieur à la moyenne observée ailleurs dans le monde, ce qui suggère que le TDAH a été faussement diagnostiqué chez de nombreux Québécois.

Les habitants de notre province sont aussi beaucoup plus nombreux à se tourner vers les médicaments pour traiter le TDAH. Jusqu'à 6,44 % des Québécois en utilisent, alors que dans le reste du Canada, seulement 2,39 % des personnes ont recours à de tels médicaments.

Consultez les sources et les références de cette chronique sur la page d'accueil de l'émission.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi