Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 1 mars 2019

Comment aider un proche aux prises avec l’anxiété?

Publié le

Un homme porte ses mains à la tête. Des gribouillages comportant des points d'interrogation et d'exclamation entourent sa tête.
Le trouble de l'anxiété généralisé est caractérisé par une inquiétude exagérée par rapport à des situations qu'on ne maîtrise pas toujours.   Photo : iStock / SIphotography

Quelque 10 % des Québécois sont atteints de troubles anxieux. Mais pour certains d'entre eux, ce trouble devient généralisé et incontrôlable. Que faire pour aider un proche qui s'imagine toujours le pire? Sarah Lafontaine, doctorante en sciences infirmières, nous explique qu'il est important de concentrer l'attention de la personne sur les aspects positifs de sa vie.

Les personnes souffrant d’un trouble d’anxiété généralisée (TAG) ont constamment l’impression que leur vie est à un cheveu de basculer vers la catastrophe. Pour mieux comprendre cette réalité, Sarah Lafontaine donne l’exemple d’une personne occupant un emploi stable depuis plusieurs années.

« Votre employeur circule dans le corridor et en passant devant votre bureau, il vous regarde quelques secondes. Vous commencez alors à vous questionner, car son regard semble différent qu’à l’habitude. Pense-t-il que je suis moins efficace qu’avant, ai-je fait une erreur dans mon travail? Qu’arriverait-il s’il me mettait à la porte? »

L’esprit de la personne part alors en vrille et s’emballe, n’arrivant plus à raisonner avec calme. Les pires scénarios s’enchaînent les uns après les autres dans l’imagination de l’individu, mais il arrive à se convaincre qu’ils sont tout à fait réalistes et qu’ils vont même probablement se réaliser. Quoiqu’elle fasse, la personne s’inquiète.

Il existe plusieurs façons de soulager une personne aux prises avec un TAG :

  • Faire preuve d’empathie par rapport à la détresse vécue
  • Aider la personne à se définir autrement que par son trouble anxieux en lui proposant des activités et des conversations propres à l’amener vers l’optimisme
  • Reconnaître et renforcer le moindre progrès, aussi petit soit-il
  • Omettre de souligner ses difficultés
  • Éviter de faire de choses à la place de la personne afin de lui redonner le contrôle de sa propre situation et de diminuer son sentiment d’impuissance
  • L’encourager à faire de l’exercice physique
  • Lui proposer des exercices respiratoires (relaxation respiratoire diaphragmatique, cohérence cardiaque)
  • L’encourager à demander l’aide d’un professionnel au besoin

Retrouvez les références et les sources de cette chronique sur la page d'accueil de l'émission.

Chargement en cours