Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 22 février 2019

Qu’arrive-t-il à nos données après notre mort?

Publié le

Une image représentant un électrocardiogramme qui se termine en une ligne droite représentant la mort.
Donner accès à ses données à quelqu'un après sa mort demande une certaine préparation.   Photo : iStock

Environ 23 000 Canadiens meurent chaque mois. De ce nombre, on peut imaginer qu'une bonne partie laisse derrière elle des traces de sa vie numérique. Qu'arrive-t-il à ces données, une fois que leur auteur quitte ce monde? Chloé Freslon, journaliste spécialisée en technologie, nous explique qu'une partie de notre identité numérique subsiste pour toujours.

D’après l’association de défense des droits des consommateurs Option consommateurs, la majorité des Canadiens n’ont prévu aucune mesure pour préparer leur succession numérique.

La loi canadienne ne prévoit d’ailleurs aucune possibilité d’émettre des directives sur ce qu’un citoyen souhaite qu’il advienne de ses données, du moins pas expressément. Et pour les héritiers qui souhaiteraient accéder aux données d’une personne décédée, la loi est tout aussi floue.

Les lois sur la protection de la vie privée continuent toutefois de s’appliquer après la mort d’une personne, ce qui peut rendre difficile la récupération des données d’un défunt.

Les politiques de Facebook et Google

Des entreprises ont toutefois des politiques en place pour permettre une certaine gestion des données des défunts aux personnes endeuillées.

Facebook permet, par exemple, de configurer son compte pour qu’une personne de confiance puisse y avoir accès, en cas de décès du titulaire. Cette personne de confiance pourra alors supprimer le compte et les données qu’il contient définitivement ou le transformer en compte commémoratif.

Google offre une fonctionnalité similaire, appelée « compte inactif ». Lorsqu’elle est configurée, les algorithmes de Google surveillent automatiquement l’activité du compte et peuvent donc détecter la mort d’une personne lorsque l’activité tombe à zéro pendant une certaine période. L’entreprise envoie alors un courriel à une personne prédéterminée par le défunt et celle-ci obtient l’accès au compte.

D’autres entreprises peuvent exiger de recevoir une preuve de décès avant de supprimer les données qu’elles détiennent ou de donner accès à un héritier.

Chargement en cours