•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Composter à la maison ou participer à la collecte municipale?

Audio fil du vendredi 25 janvier 2019
Un petit contenant de compost ouvert contient des restes de légumes et de fruits, dont de la laitue, du maïs et une banane.

Tous les résidus alimentaires ne peuvent pas être compostés à la maison.

Photo : Getty Images

Est-il plus écologique de faire son propre compost ou d'envoyer ses résidus alimentaires à l'usine municipale? La journaliste scientifique Marianne Desautels-Marissal s'est penchée sur la question et a conclu que les deux méthodes sont bonnes, mais que l'idéal est de combiner les deux, lorsque c'est possible.

La collecte municipale des résidus alimentaires génère en effet des gaz à effet de serre étant donné que des camions doivent se charger d’acheminer les déchets des maisons jusqu’à l’usine.

Cette méthode reste toutefois largement plus écologique que de tout envoyer au dépotoir puisque les aliments ont besoin d’oxygène pour bien se décomposer. Lorsqu’ils sont enfouis dans une décharge publique, les déchets organiques sont comprimés sous des montagnes d’ordures qui empêchent l’oxygène de les atteindre.

Un type de bactéries adaptées à cet environnement prend alors le relai pour effectuer la décomposition, mais ces bactéries produisent du méthane, un gaz à effet de serre 28 fois plus dommageable pour l’environnement que le CO2.

La biométhanisation, méthode d'avenir?

À l’usine de compost, les résidus organiques sont disposés en rangées étroites et sont retournés ponctuellement à l’aide de machinerie afin de les aérer. Cela permet aux bonnes bactéries d’effectuer le travail de décomposition de façon efficace.

Cette méthode produit toutefois un peu de méthane, mais beaucoup moins qu’un dépotoir, et peut entraîner la production de protoxyde d’azote en raison de l’eau de pluie qui vient humidifier les rangées de résidus. Le protoxyde d’azote est un gaz à effet de serre 10 fois plus puissant que le méthane.

Pour remédier à ces problèmes, de plus en plus de municipalités se tournent vers la biométhanisation. Le procédé effectué dans un environnement fermé permet de récupérer le méthane produit par la décomposition et de le recycler pour chauffer des bâtiments ou comme carburant.

Composter à la maison, un choix écologique

L’une des méthodes les plus écologiques demeure le compostage à la maison. Si vous disposez d’un terrain assez grand pour y installer un bac à compost, cette méthode pourrait vous permettre de réduire jusqu’à 70 % de vos émissions liées à la gestion des déchets. Le secret : retourner son compost régulièrement pour bien l’oxygéner.

Le compostage à la maison comporte toutefois un problème : il n’est pas efficace pour les os, les viandes et les autres résidus de nature animale qui peuvent faire en sorte que le compost soit contaminé par les salmonelles. C’est pourquoi l’utilisation combinée du compostage domestique et municipal est la solution optimale. Les résidus de nature animale sont en effet acceptés par les services municipaux, car leurs installations leur permettent d'éliminer les maladies transmises par ces déchets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi