•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Coronavirus

Une femme porte une masque pour se protéger de la COVID-19.

Photo : iStock

La pandémie de COVID-19 affecte tout le monde, à divers degrés. Nos spécialistes analysent les effets du virus qui chamboule notre quotidien.

Liste des sujets

Sujets de 1 à 10 sur 62
  • Les p et les b, propulseurs de microgouttelettes et d’aérosols

    Une personne sans masque qui parle fort et de façon assez soutenue dans une pièce plus ou moins aérée et qui utilise souvent les consonnes plosives, telles que p ou b, peut générer des microgouttelettes et aérosols pouvant franchir deux mètres de distance. Voilà ce que dit Manouk Abkarian, chercheur en physique et mécanique des systèmes biologiques au Centre de biologie structurale de Montpellier. Ce spécialiste de l'aérophonétique explique le lien entre les caractéristiques phonétiques de ce que nous disons et la quantité d'aérosols ou de microgouttelettes que nous émettons.

  • Vaccin maison et auto-expérimentation : une « très mauvaise idée », dit une journaliste scientifique

    Au moment où le monde entier attend avec impatience l'arrivée d'un vaccin contre la COVID-19, certaines personnes issues de la communauté scientifique jugent l'attente trop longue et conçoivent leur propre vaccin qu'elles s'autoadministrent, ce qui n'est certainement pas une bonne idée. Voilà l'avis de Marie Lambert-Chan, rédactrice en chef du magazine Québec Science. Celle-ci note que ces vaccins maison – notamment celui du groupe RadVac (Rapid Deployment Vaccine Collaborative) – amènent de sérieuses questions, car la mise au point d'un vaccin exige, entre autres, un processus long, rigoureux et extrêmement contrôlé afin d'en assurer l'efficacité et l'innocuité.

  • COVID-19 : le vaccin sera prêt quand il sera efficace, selon une immunovirologiste

    « Pour moi, ce n'est pas une question de nombre de mois [avant qu'on ait un vaccin]; c'est une question de données probantes », dit l'immunovirologiste Nathalie Grandvaux en faisant référence à la course effrénée pour la recherche d'un vaccin contre la COVID-19. La présidente de la Société canadienne pour la virologie note que si la recherche avance à une vitesse « extraordinaire », il est encore trop tôt pour affirmer hors de tout doute à quel moment le fameux vaccin sera prêt. « On aura des résultats quand ça sera solide et sécuritaire », résume-t-elle à propos de l'avancement des travaux au sujet de la recherche sur le vaccin.

  • Ces entreprises qui ont somme toute bien résisté à la COVID-19 jusqu’à présent

    La pandémie de COVID-19 qui touche le monde depuis plus de 6 mois a eu des effets considérables sur tous les secteurs de l'économie, mais certains d'entre eux ne s'en tirent pas si mal que cela en dépit du contexte actuel. C'est le cas, entre autres, des domaines de la restauration rapide, de l'électroménager et du transport maritime. Notre duo spécialisé en consommation, composé de Véronick Raymond et Stéphane Garneau, brosse le portrait d'un point de vue macroéconomique et microéconomique.

  • COVID-19 : sensibiliser les jeunes, un défi pour les autorités

    Dans son effort pour interpeller les moins de 25 ans sur l'importance de respecter les mesures sanitaires pour combattre la COVID-19, le gouvernement québécois aurait intérêt à investir les endroits où se trouvent ces jeunes, à savoir Snapchat, TikTok et Instagram. C'est du moins ce que pense Nadia Seraiocco, doctorante en communication et chroniqueuse spécialisée en technologie. Elle cite l'exemple de Naheed Dosani, un médecin torontois spécialisé en soins palliatifs qui publie depuis déjà plusieurs mois des vidéos informatives ludiques sur TikTok dans le but de sensibiliser les plus jeunes à la crise du coronavirus.

  • Bonne qualité de l’air dans les bâtiments : un défi majeur, surtout à l’ère de la COVID

    « On parle d'un virus [le SRAS-CoV-2] qui se propage par méthode aérosol, qui est hautement influencé par la température et l'humidité, et malgré ça, il n'y a presque personne qui mesure la qualité de l'air [dans les bâtiments] en temps réel », déplore Raefer Wallis, fondateur et chef des opérations pour GIGA, une organisation internationale qui évalue la performance sanitaire des bâtiments. Selon cet architecte installé à Shanghai, les écoles, hôpitaux et autres bâtiments publics en Amérique du Nord auraient tout intérêt à colliger des données en temps réel au sujet de la qualité de l'air, surtout à notre époque pandémique.

  • COVID-19 : exagéré, « l’exode » annoncé des villes vers les campagnes?

    « Il n'y a pas de départs de masse des villes. Il y a du mouvement, mais pas de départs de masse », note la chroniqueuse Véronick Raymond en faisant référence au soi-disant exode des citadins vers la banlieue ou la campagne annoncé par différents médias depuis le début de la pandémie de COVID-19. Ce point de vue est partagé par son collègue Stéphane Garneau. Statistiques à l'appui, notre duo spécialisé en consommation souligne qu'il faudra probablement attendre encore de nombreux mois avant d'avoir un portrait réel de la situation et pour affirmer que les gens quittent massivement les grandes villes de façon définitive.

  • Les effets néfastes du port du masque sur le développement du langage

    « On sait que le port du masque a un effet sur la transmission et sur la perception des sons de la parole », souligne l'orthophoniste Agathe Tupula Kabola. Études à l'appui, la spécialiste affirme que sur une longue durée, le port du masque chez les adultes en garderie et en milieu scolaire risque d'entraver l'accès à des informations qui sont essentielles pour le bon développement du langage des enfants, surtout ceux qui ont des troubles d'apprentissage.

  • Port du masque : le risque de déformation de l’oreille est très minime

    « Rien ne me porte à croire que l'oreille adulte pourrait être déformée. La tension des élastiques, même si on la sent, reste trop faible pour déformer l'oreille de façon permanente », affirme la vulgarisatrice scientifique Viviane Lalande en évoquant les inquiétudes de certaines personnes au sujet du pouvoir déformant du masque protecteur contre la COVID-19 sur les oreilles. En revanche, il n'est pas aberrant de penser que l'organe, chez l'enfant, puisse se déformer un peu, notamment au niveau de l'angle de l'oreille par rapport au crâne, si le jeune porte un masque toute la journée.

  • La pandémie, source de nouvelles habitudes de consommation

    Les derniers mois, marqués par la crise de la COVID-19, ont eu des répercussions dans tous les domaines de nos vies et la consommation ne fait pas exception. Au Québec, 91 % de la population dit avoir changé ses habitudes à cet égard. Pour près de deux personnes sur trois, la propreté, l'entretien et la salubrité sont désormais les premiers critères de sélection dans le choix d'un commerce. Notre duo spécialisé en consommation, composé de Véronick Raymond et de Stéphane Garneau, décortique les nouvelles habitudes des Québécoises et Québécois qui, entre autres, achètent plus de produits qu'avant la pandémie – et en gaspillent donc plus qu'il y a quelques mois.

Vous aimerez aussi