•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 23 nov. 2020 : Virevoltants, corps flottants et peuplement des homards

Rattrapage

  • « La température de l'eau joue un rôle déterminant dans la biologie du homard », note la journaliste scientifique Carine Monat au sujet de ce crustacé, qui est de plus en plus abondant dans les eaux canadiennes et de moins en moins présent au large de la Nouvelle-Angleterre. Elle explique que le réchauffement observé en Atlantique depuis une vingtaine d'années n'est pas étranger à ce phénomène. Les eaux de cet océan sont en effet devenues trop chaudes pour le homard, et c'est maintenant plus au nord que le crustacé jouit des conditions les plus optimales pour un meilleur taux de reproduction et de survie.

  • « Si on remplace le canevas par des moniteurs d'ordinateurs et si on remplace les pigments et les couleurs par des mathématiques, je ne suis pas très loin de composer comme l'esprit d'un peintre », dit Étienne Saint-Amant, maître en sciences et artiste en arts technologiques. Celui-ci crée des œuvres conçues et décrites dans un langage mathématique. L'artiste québécois explique comment sa démarche créative, à l'intérieur de laquelle il utilise de nombreuses formules, lui permet de traduire des émotions dans ces œuvres.

Vous aimerez aussi