•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 19 nov. 2020 : Consommation, tissus à base de cellulose et noms de famille

Rattrapage

  • Les fibres artificielles à base de cellulose, pas si écologiques que ça

    Les gens intéressés par la mode devraient se méfier des acteurs de l'industrie du vêtement et du textile qui parlent des fibres artificielles faites de cellulose comme de la panacée d'un point de vue environnemental. C'est du moins ce qu'affirme Madeleine Goubau, chargée de cours à l'École supérieure de mode de l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal. « On va souvent nous faire croire que c'est le cas. Permettez-moi de démonter cette idée-là », dit la spécialiste. Celle-ci note par exemple que le processus de transformation des arbres en pâte, puis en fibre textile requiert de nombreux produits chimiques qui sont nocifs pour l'environnement.

  • Le portrait des patronymes change très tranquillement au Québec

    « Les noms comme Tremblay, Gagnon et Roy ne sont pas près de disparaître. [...] Avant de les détrôner, ça va prendre quand même pas mal de générations », affirme l'historien et généalogiste Marcel Fournier à propos des patronymes les plus populaires du Québec. Selon lui, le portrait généalogique de la Belle Province ne risque pas de changer de façon substantielle au cours des 100 prochaines années. Il dit que cela n'empêche cependant pas le fait que l'arrivée de nouveaux immigrants enrichisse la généalogie du Québec. C'est d'autant plus vrai que les gens issus de la nouvelle immigration ont plus d'enfants que la population québécoise dite « de souche ».

Vous aimerez aussi