•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 11 nov. 2020 : Abstinence sexuelle, missions spatiales et trafic maritime

Rattrapage

  • « On le fait quand même assez souvent », dit la pilote maritime Marie-Claude Laurendeau au sujet de l'impressionnante manœuvre qui consiste à opérer un virage à 180 degrés sur le cours d'eau québécois afin de retourner vers la mer. La présidente de la Corporation des pilotes du fleuve et de la voie maritime du Saint-Laurent explique que cette manœuvre doit toutefois s'effectuer à des endroits bien spécifiques, comme sur le lac Saint-Louis. La raison principale pour laquelle les bateaux y font demi-tour est fort simple : dans ce secteur, le cours d'eau est suffisamment large pour permettre aux navires de 150 m à 200 m de faire leur virage afin de reprendre la direction de la mer.

  • « On commence à l'évaluer et on commence aussi à poser le cadre pour bien l'évaluer. Donc, c'est en développement aujourd'hui, mais ce n'est pas évident », affirme Laure Patouillard, du Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services, en parlant de l'empreinte carbone des missions spatiales. Lancement, combustion de carburant, production de matériaux et assemblage d'une fusée, débris spatiaux : la liste est longue en matière d'éléments qui contribuent à leur empreinte environnementale.

Vous aimerez aussi