•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 19 oct. 2020 : Ordres professionnels, vieillissement des arbres et système métrique

Rattrapage

  • Ce n’est pas l’âge qui tue ou affaiblit un arbre, mais sa taille

    « Oui, les arbres meurent de leur belle mort [...], mais ce n'est pas par vieillesse, parce que leurs cellules ne vieillissent pas. En fait, les arbres meurent par la perte graduelle de leur vigueur au fur et à mesure qu'ils augmentent en taille », affirme Christian Messier, professeur d'écologie forestière à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et à l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Celui-ci explique que les arbres, rendus à un certain stade de leur croissance, ne produisent pas assez de sucre par photosynthèse pour se maintenir en vie. « Ce qui tue un arbre naturellement, c'est son incapacité à arrêter de croître, pas son âge avancé! »

  • Ordres professionnels et liberté d'expression : au royaume des zones grises

    Un certain flou entoure ce que les membres des ordres professionnels du milieu de la santé du Québec ont le droit d'affirmer publiquement sur les réseaux sociaux et dans les médias au sujet des domaines dans lesquels ils évoluent. Voilà la lecture que fait Natalie Stake-Doucet, présidente de l'Association québécoise des infirmières et infirmiers. Celle-ci explique qu'il existe à l'heure actuelle plusieurs zones grises entre la liberté d'expression des membres de nombreux ordres et associations professionnels et le respect du code de déontologie auquel ils sont respectivement tenus.

Vous aimerez aussi