•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 5 oct. 2020 : Recyclage de masques, voiture électrique et toxicité de la peinture routière

Rattrapage

  • Ce verre réfléchissant qui fait briller la peinture la nuit sur les routes

    Des milliers de morceaux de verre mesurant entre 0,3 et 0,6 millimètre sont saupoudrés dans la peinture routière au Québec afin de permettre aux automobilistes nocturnes de circuler en toute sécurité. Frédéric Boily, chimiste et chargé de projet sur les produits de marquage à la Direction des matériaux d'infrastructures du ministère des Transports du Québec (MTQ), assure qu'au moins 90 % du verre utilisé provient du recyclage. Il se penche sur la toxicité de composantes et les normes qui encadrent les concentrations de contaminants dans les peintures utilisées sur les chaussées.

  • Port du masque : le risque de déformation de l’oreille est très minime

    « Rien ne me porte à croire que l'oreille adulte pourrait être déformée. La tension des élastiques, même si on la sent, reste trop faible pour déformer l'oreille de façon permanente », affirme la vulgarisatrice scientifique Viviane Lalande en évoquant les inquiétudes de certaines personnes au sujet du pouvoir déformant du masque protecteur contre la COVID-19 sur les oreilles. En revanche, il n'est pas aberrant de penser que l'organe, chez l'enfant, puisse se déformer un peu, notamment au niveau de l'angle de l'oreille par rapport au crâne, si le jeune porte un masque toute la journée.

Vous aimerez aussi