•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 26 août 2020 : Cigales, transport en commun et IA, et villes

Rattrapage

  • Nourriture spécialisée pour chats et chiens : entre bon sens et marketing

    « Les régimes alimentaires spécifiques à une race [de chats ou de chiens] en particulier ne sont pas que du marketing », affirme le vétérinaire Jean Gauvin, faisant ainsi référence aux dires de Cailin R. Heinze, nutritionniste vétérinaire à l'Université Tufts de Boston. Selon cette spécialiste, il y a une « certaine logique » derrière les diètes ultraspécialisées destinées à quelques races précises. Jean Gauvin note cependant qu'il manque de données scientifiques, à l'heure actuelle, pour définir hors de tout doute quels sont les besoins nutritionnels spécifiques pour tous les individus d'une même race.

  • L'intelligence artificielle pour optimiser l'efficacité du transport en commun

    Mettre les algorithmes, l'intelligence artificielle ainsi que des modèles mathématiques au service de l'optimisation du transport en commun en milieu urbain : voilà un des objectifs que poursuit Emma Frejinger, professeure agrégée au Département d'informatique et de recherche opérationnelle de l'Université de Montréal, avec son équipe. La spécialiste explique que le partage des données de certaines applications dédiées au transport en commun ainsi que l'interopérabilité des systèmes sont indispensables à la réussite d'un tel projet.

  • Le chant de la cigale, une affaire de chaleur et de gros muscles

    Si les cigales sont bruyantes pendant l'été au Québec, comme ça a été le cas jusqu'à maintenant, c'est en raison de la chaleur, certes, mais aussi parce qu'elles sont dotées d'une anatomie bien singulière qui s'active au-delà d'une certaine température. Voilà ce qu'explique la météorologue et journaliste scientifique Ève Christian, qui s'est entretenue avec deux experts entomologistes de l'Insectarium de Montréal. En fait, il faut un minimum d'environ 25 °C pour que les gros muscles abdominaux des cigales deviennent assez souples pour activer leurs cymbales.

Vous aimerez aussi