•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 22 avril 2020 : Industrie laitière, COVID-19 et réflexion, et météo

Rattrapage

  • COVID-19 : l’effet bien réel du trafic aérien sur la fiabilité des prévisions météo

    La baisse impressionnante du trafic aérien partout sur la planète, conséquence de la pandémie de COVID-19, a des répercussions immédiates sur la précision des prévisions météorologiques. Ève Christian, météorologue et journaliste scientifique, explique que les avions, au même chapitre que les stations d'observation, les ballons-sondes et les satellites, sont « d'une importance capitale » pour dresser un portrait juste des conditions météorologiques à venir. En l'absence des données colligées par les avions, les modèles peuvent être faussés, ce qui augmente le risque d'erreurs dans les prévisions.

  • Industrie laitière et COVID-19 : une occasion de peser les pour et les contre de la gestion de l'offre

    La pandémie de COVID-19 a jusqu'à présent eu de profondes conséquences pour les producteurs de lait, qui ont vu le marché des produits laitiers s'effondrer de 35 % en raison de la baisse draconienne de la demande dans les hôtels, restaurants et établissements privés et publics. Déjà, des millions de litres de lait ont dû être jetés, une situation jugée inconcevable par certains observateurs compte tenu du système canadien de gestion de l'offre. Selon l'agronome et journaliste Nicolas Mesly, la crise actuelle est une occasion en or pour le grand public de se faire une tête au sujet des avantages et des inconvénients du « contrat social » que représente la gestion de l'offre.

  • COVID-19 et libertés individuelles : les craintes d’un philosophe sur l’après-pandémie

    Si la situation exceptionnelle dans laquelle se trouve le Québec en raison de la pandémie de COVID-19 justifie des mesures qui le sont tout autant, il faut néanmoins s'assurer que les restrictions imposées aux citoyens de même que les outils de surveillance mis en place par les autorités pour contrôler les déplacements de la population disparaîtront après la pandémie. Voilà ce qu'affirme Alexandre Klein, professeur de philosophie au Cégep André-Laurendeau et chercheur associé à l'Université d'Ottawa.

Vous aimerez aussi