•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 16 avril 2020 : COVID-19, études et milieux humides artificiels

Rattrapage

  • COVID-19 et recherche : il faut miser sur les études d'intervention, pas celles d'observation

    Au moment où de nombreuses études font la manchette dans les médias concernant des médicaments prometteurs contre la COVID-19, dont la chloroquine, il est important de demeurer prudents et vigilants, car ces études sont de nature observationnelle. Voilà ce que mentionne Benoît Arsenault, du Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. Selon lui, il ne faut pas trop s'emballer avec les résultats de ces études et plutôt accorder de l'importance aux études d'intervention et de randomisation.

  • Le confinement engendrera fort probablement des impacts psychosociaux à long terme

    Au même chapitre que la tragédie de Lac-Mégantic ou les inondations de 2017 et 2019, la pandémie de COVID-19, ainsi que la période de confinement qui l'accompagne, aura très certainement des répercussions psychosociales importantes au-delà de la crise actuelle. Voilà ce qu'affirme Pier-Luc Turcotte, ergothérapeute et candidat au doctorat en santé communautaire. Citant certaines études ainsi que les travaux d'une chercheuse sherbrookoise réputée, il explique que les gens qui ont été confinés plus de 10 jours auraient significativement plus de risque de développer des symptômes de stress post-traumatique et de détresse psychologique que ceux qui ont été confinés moins longtemps.

Vous aimerez aussi