•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Rattrapage du 14 avril 2020 : Journalistes, COVID-19 et temps, et corps étranger

Rattrapage

  • L'empreinte environnementale du télétravail

    « Quand on parle de télétravail, c'est sûr que ça repose en grande partie sur l'accès à des technologies numériques qui vont utiliser Internet, et on l'oublie souvent, mais le numérique, ce n'est pas juste virtuel : ç'a des impacts environnementaux réels », souligne Laure Patouillard, postdoctorante au Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services. Elle note que le secteur du numérique génère à lui seul 4 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales, et 80 % de celles-ci sont attribuables à l'utilisation de vidéos.

  • COVID-19 : il est normal de perdre la notion du temps, car nous n'avons plus de repères

    La période de confinement imposée à des millions de personnes ainsi que le télétravail au quotidien font en sorte que bien des travailleurs et travailleuses perdent la notion du temps ces jours-ci. Selon Simon Grondin, professeur titulaire à l'École de psychologie de l'Université Laval, la situation est normale, car il nous est impossible, pour le moment, de prévoir combien de temps dureront la pandémie et, par la bande, le confinement. Il explique aussi que l'être humain a besoin de repères et de jalons temporels pendant la journée ou la semaine s'il ne veut pas perdre la notion du temps, et que ces repères n'existent plus depuis environ un mois.

Vous aimerez aussi