•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Audio fil du mercredi 21 août 2019

Rattrapage

  • Vous n’éliminez pas de toxines en allant au spa, vous ne faites que suer

    « Le rôle principal de la transpiration, ce n'est pas d'éliminer les déchets, mais c'est vraiment d'équilibrer notre température corporelle », souligne Sarah Lafontaine. Contrairement à de nombreuses idées véhiculées sur le web, le fait d'aller au spa ou de faire une activité physique où l'on sue abondamment ne favorise pas l'élimination des toxines. « La transpiration est composée à 99 % d'eau », note l'étudiante au doctorat en recherche en sciences de la santé. En réalité, ce sont le foie et les reins qui permettent à votre corps d'éliminer certains déchets, qu'il ne faut pas pour autant appeler des toxines.

  • La compaction du sol et l’étalement urbain menacent les terres agricoles québécoises

    « On a à peine 2 % de notre territoire au Québec qui est cultivable. [...] On parle d'un petit jardin nordique d'environ deux millions d'hectares. Ce n'est pas beaucoup. La question qu'il faut se poser, c'est : "Est-ce que nos terres sont menacées?" Je vous dirais que oui », tranche le journaliste Nicolas Mesly. Selon l'agronome de formation, deux dangers guettent particulièrement les terres nourricières québécoises : l'étalement urbain et la compaction.

  • Avec l’espérance de vie actuelle, un seul rein est suffisant

    « Pour l'instant, dans le contexte actuel, la plupart des gens vont mourir avec une réserve rénale; ils n'utiliseront pas tous leurs petits filtres et mourront sans avoir d'insuffisance rénale », affirme Marie-Josée Hébert, néphrologue et chercheuse au Centre hospitalier de l'Université de Montréal. Selon la spécialiste, le fait d'avoir un seul rein est suffisant de nos jours. Avoir deux reins, c'est comme une « police d'assurance », dit-elle.

Vous aimerez aussi