•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Midi info

Avec Michel C. Auger

En semaine de 11 h 30 à 13 h

Leur instant 2018 : Yannick Nézet-Séguin aux commandes du Met

Audio fil du vendredi 21 décembre 2018
Le chef d'orchestre Yannick Nézet-Séguin tenant une baguette de direction dans une salle de répétition

Le chef d'orchestre Yannick Nézet-Séguin lors d'une répétition de l'orchestre du Metropolitan Opera de New York (Met)

Photo : Ken Howard

Pour clore sa série d'entrevues « Leur instant 2018 », Michel C. Auger vous fait revivre le soir de la première de la Traviata au Metropolitan Opera de New York (Met), en compagnie de Yannick Nézet-Séguin.

La représentation de cet opéra, qui marquait les débuts du maestro québécois comme directeur musical de l'un des plus grands orchestres du monde, était particulièrement symbolique. « Je sentais dans toute la maison du Met une fébrilité. J’avais hâte », raconte le chef d’orchestre.

Sans parler de signe du destin, Yannick Nézet-Séguin explique avoir pris toute la mesure de son rôle lorsqu'il est arrivé en poste, à un moment charnière pour l'orchestre : son prédécesseur a été poussé vers la sortie après avoir été visé par des allégations d’inconduites sexuelles. « Ma vision de ma responsabilité en tant que directeur musical est une vision de chef d’équipe, de respect de l’apport de chacun. C’est aussi une approche très optimiste de mon métier. J’ai l’impression que ces qualités-là sont encore plus nécessaires à ce moment-ci dans l’histoire de la maison, avec les dernières années qui n’ont vraiment pas été faciles. »

Toute cette pression ne l’a pas empêché de profiter du moment présent le soir du 4 décembre. « J’ai un petit secret au Met : en haut de la scène, il y a une magnifique décoration, toute en feuilles d’or, qui est un symbole de la maison. À chaque représentation, j’essaie toujours de trouver une seconde où je peux lever les yeux et la regarder, juste pour bien me pincer et dire “Oui, je suis ici.” Là, je me pince encore plus en me disant “Oui, je suis ici et c’est ma maison.” »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi