Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du jeudi 27 septembre 2018

Élections québécoises : l’environnement, entre promesses et réalisme

Publié le

Une cheminée industrielle polluante.
Une cheminée industrielle polluante   Photo : Reuters / Adrees Latif

Notre série d'entrevues sur les grands thèmes électoraux se termine cette semaine avec l'environnement, un enjeu un peu mal aimé en début de campagne, mais qui a réussi à s'imposer en fin de parcours.

Michel C. Auger s'entretient avec Annie Chaloux, professeure adjointe à l'école de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke, et Johanne Whitmore, chercheuse principale à la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal, à propos des différentes propositions des partis sur cette question. Toutes les deux ont scruté avec attention le réalisme de leurs approches.

Il y a beaucoup de partis qui proposent plein de mesures intéressantes, mais après il faut s’assurer de la cohérence. Ça prend une gouvernance derrière tout ça pour que les bottines suivent les babines.

Johanne Whitmore, chercheuse principale à la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal

L’enjeu climatique a été largement abordé dans la campagne. On est sur la pointe de l’iceberg, mais je vois ça comme un bon signe : les gens s’en préoccupent de plus en plus et on sent qu’il y a une connaissance plus grande. Ça nous fait peut-être espérer qu’on va finir par avancer véritablement sur ce dossier.

Annie Chaloux, professeure adjointe à l’école de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke

Chargement en cours