Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Manon Globensky
Audio fil du mardi 31 juillet 2018

Ouverture du procès de Paul Manafort, à Alexandria, aux États-Unis

Publié le

L'ancien directeur de campagne du président Trump, Paul Manafort, arrive au palais de justice de Washington
L'ancien directeur de campagne du président Trump, Paul Manafort, arrive au palais de justice de Washington   Photo : Reuters / Yuri Gripas

L'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, fait face à de nombreux chefs d'accusation, dont le blanchiment d'argent et l'omission de déclarer des comptes bancaires et financiers à l'étranger. Son premier procès a commencé mardi avec la sélection du jury, et la défense et le gouvernement se sont déjà entendus pour ne parler que des fraudes bancaires. Les mots « collusion », « Russie » ou encore « Trump » ne devraient pas être prononcés dans ce procès-ci.

Par contre, lors du « deuxième procès, le mois prochain, les liens [de Paul Manafort] avec la Russie […] vont être publicisés », explique Michael Krauss, professeur de droit de l’Université George Mason, en Virginie.

Mais alors, pourquoi est-il important de suivre le premier procès? « C’est la première fois qu’il y a un plaidoyer de non-culpabilité et un procès. Donc, c’est un test pour [Robert] Mueller. »

Analyse avec Michael Krauss

Chargement en cours