•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Midi info

Avec Michel C. Auger

En semaine de 11 h 30 à 13 h

Les armes à feu : un enjeu à Toronto et ailleurs au Canada

Audio fil du lundi 23 juillet 2018
Le périmètre de sécurité près de l’intersection des avenues Danforth et Logan dans le quartier Greektown à Toronto.

Le périmètre de sécurité près de l’intersection des avenues Danforth et Logan dans le quartier Greektown à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

« C'est vrai particulièrement à Toronto, mais aussi à Vancouver et à Regina. » Les homicides dont le taux est le plus élevé sont ceux par arme à feu, explique Francis Langlois, professeur d'histoire au Cégep de Trois-Rivières et chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand de l'Observatoire sur les États-Unis de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Selon lui, le nombre de fusillades est préoccupant d'un point de vue canadien, même si l'on demeure loin du taux d'une ville comme Baltimore, aux États-Unis. « Depuis que le gouvernement conservateur a commencé à affaiblir le contrôle des armes à feu au Canada en 2010, on a vu une augmentation en flèche du nombre d'armes à feu possédées par des Canadiens, particulièrement en ce qui a trait aux armes à feu à autorisation restreinte, comme les pistolets, les revolvers et certains modèles de fusils d'assaut, mais en version civile. C'est une tendance occidentale lourde. Le marché de l'arme à feu s'est transformé; on met plus l'accent sur ce type d'armes plutôt que les armes de chasse. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi