Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du jeudi 12 avril 2018

Vente controversée d'un Chagall : une décision « iconoclaste »

Publié le

Le tableau « Saint Jérôme entendant les trompettes du Jugement Dernier » de Jacques-Louis David (à gauche) et l'oeuvre « La Tour Eiffel » de Marc Chagall (à droite)
Les oeuvres « Saint Jérôme entendant les trompettes du Jugement Dernier » de Jacques-Louis David (à gauche) et « La Tour Eiffel » de Marc Chagall (à droite)   Photo : Crédits : Le Musée de la civilisation du Québec et le Musée des beaux-arts du Canada

La controverse entourant la vente d'une œuvre de Chagall par le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) reprend de plus belle. La toile La tour Eiffel a été mise aux enchères pour pouvoir acheter le Saint Jérôme de Jacques-Louis David, le peintre officiel de Napoléon.

Le problème, c'est que le Musée de la civilisation (MCQ) et le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) sont aussi intéressés par l'acquisition conjointe de cette oeuvre. Le directeur général du MCQ, Stéphan La Roche, s'étonne de la décision du MBAC et dénonce son approche « iconoclaste ».

Chargement en cours