•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle?

Midi info

Avec Michel C. Auger

En semaine de 11 h 30 à 13 h

Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle?

Audio fil du mercredi 21 février 2018
Représentation picturale de l'intelligence artificielle

L'intelligence artificielle pourrait être utilisée de façon malveillante, prévient un rapport

Photo : getty images/istockphoto

« Il faut qu'on puisse lutter contre les détournements de l'intelligence artificielle (IA) et il faut anticiper les utilisations malfaisantes qu'on peut en faire », affirme le philosophe et informaticien Jean-Gabriel Ganascia. Il va dans le même sens qu'un groupe d'experts internationaux qui s'inquiètent de voir l'IA tomber dans les mains d'États voyous, de criminels ou des terroristes, dans un rapport publié mercredi (Nouvelle fenêtre).

Comme ce groupe d’experts, Jean-Gabriel Ganascia réfléchit à des scénarios dans lesquels l’IA pourrait présenter de nouvelles menaces. « À partir du moment où les voitures autonomes ne coûtent pas trop cher, on peut tout à fait imaginer des terroristes qui les bricolent et qui soient capables de les conduire à distance pour pouvoir atteindre des cibles », donne en exemple le professeur à Sorbonne Université.

Un prototype d'un robot « intelligent » de l'entreprise japonaise ToyotaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alors que des robots toujours plus sophistiqués et « intelligents » sont mis au point par des chercheurs, d'autres experts craignent les dérives de l'intelligence artificielle.

Photo : Reuters / Toru Hanai

Également président du comité d’éthique du Centre national de la recherche scientifique, Jean-Gabriel Ganascia n’a pas de mal à concevoir que des mafias ou des mouvements terroristes puissent réutiliser ces technologies à leur profit. « Même s’il y a un investissement initial extrêmement fort pour pouvoir les développer, une fois qu’elles sont mises sur le marché, leur coût est relativement modique. Ensuite, on peut les dupliquer assez facilement », explique-t-il.

Comment se prémunir contre les nouveaux risques?

Il est possible de prévenir ces futures menaces, croit Jean-Gabriel Ganascia. Il faut d’abord explorer quelles sont les différentes malfaisances, puis demander à des spécialistes en sécurité informatique de vérifier qu’il n’y a pas de possibilité de détournements. « On peut essayer de programmer des systèmes de sécurité sur le drone pour rendre difficile la prise de contrôle, même chose pour les voitures autonomes. Mais bien sûr, on ne peut pas tout prévenir. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi