Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du lundi 19 février 2018

Québec encadre l’utilisation des pesticides les plus à risque en milieu agricole

Publié le

Épandage mécanisé de pesticides sur un champ
L'épandage de pesticides en milieu agricole est une pratique courante au Québec.   Photo : iStock

Le gouvernement du Québec présente aujourd'hui son plan pour encadrer et limiter l'utilisation des cinq pesticides les plus à risque dans le milieu agricole, dont trois types de néonicotinoïdes.

Gros plan sur un tournesol et une abeille
Le gouvernement québécois veut restreindre davantage l'utilisation de certains pesticides qui peuvent nuire aux abeilles. Photo : Reuters/AP Photo/Gerry Broome

En raison des ravages qu’ils causent aux abeilles, la diminution des néonics va améliorer la protection de celles-ci, mais aussi celle d’autres animaux qui souffrent de ces produits toxiques, comme les invertébrés aquatiques. « Les abeilles, ce n’est que la pointe de l’iceberg, parce que les néonicotinoïdes ont des effets environnementaux très larges », explique Valérie Fournier, chercheuse et professeure en entomologie à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation à l’Université Laval.

Si l’annonce gouvernementale satisfait la chercheuse, elle a tout de même de quoi l’inquiéter en ce qui a trait à l'application de ces mesures. Les agriculteurs devront avoir la prescription d’un agronome pour utiliser ces pesticides. Mais qu’en est-il de l’apparence de conflit? Les agronomes-vendeurs ne sont pas nécessairement indépendants des compagnies de pesticides. Cette crainte est soulevée aussi bien par des groupes environnementaux que par l’Union des producteurs agricoles.

Chargement en cours