•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier discours sur l’état de l’Union de Donald Trump : entre éloges et critiques

Midi info

Avec Michel C. Auger

En semaine de 11 h 30 à 13 h

Premier discours sur l’état de l’Union de Donald Trump : entre éloges et critiques

Audio fil du mercredi 31 janvier 2018
Donald Trump lors de son premier discours de l'Union de l'État (30 janvier 2018)

Donald Trump lors de son premier discours de l'Union de l'État prononcé le mardi 30 janvier 2018 devant devant les membres du Congrès américain

Photo : La Presse canadienne / Win McNamee

« C'était la normalisation de Donald Trump. J'aurais souhaité qu'il fasse ce discours il y a un an, mais il n'est pas trop tard », s'enthousiasme le professeur de droit Michael Krauss, d'allégeance républicaine, mais qui n'a pas voté pour le coloré 45e président. « Il a réussi à être plus posé et moins insultant que d'habitude, mais ce n'est pas une grande réussite pour un président », rétorque le professeur de sciences politiques Robert Dion, un partisan démocrate. Les deux invités de Michel C. Auger ont une vision diamétralement opposée de la performance du président américain lors de son premier discours sur l'état de l'Union.

« J’ai l’impression qu’il voulait changer de ton, parce qu’on lui a dit que sa cote de popularité était basse. Il n’a pas nié ses principes de base, mais il les a exprimés de façon très différente », analyse M. Krauss de l’Université George Mason, en Virginie. À l’opposé, M. Dion, de l’Université d’Evansville, en Indiana, trouve que Donald Trump ne s’est pas vraiment présenté sous un jour différent. « Le contenu était surtout dirigé vers sa base électorale. À part quelques appels à l’unité, il n’y avait pas beaucoup de gestes pour rassembler démocrates et républicains. »

Le président Trump lors de son premier discours sur l'état de l'Union, le mardi 30 janvier 2018Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président américain Donald Trump a prononcé son premier discours sur l'état de l'Union devant les membres du Congrés américain, le mardi 30 janvier 2018.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Michael Krauss se dit encouragé par la nouvelle attitude de Donald Trump et croit que ce moment pourrait être un tournant dans sa présidence. « Ce ne sera pas le discours d’un soir. » Robert Dion croit plutôt que rien ne changera. Par exemple, la réforme en matière d’immigration est toujours prévue. « Il y a une voie qui mène au compromis, mais dès que le président se mêle de la discussion, il a tendance à tout gâcher. Hier, il y a eu une ligne dure. Je n’ai pas beaucoup d’espoir. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi