•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague de départs au Parti québécois : Alexandre Cloutier s'explique

Midi info - le point sur la COVID-19

Avec Michel C. Auger

En semaine de 11 h 30 à 13 h

Vague de départs au Parti québécois : Alexandre Cloutier s'explique

Audio fil du mardi 16 janvier 2018
Le péquiste Alexandre Cloutier

Alexandre Cloutier, député péquiste de Lac-St-Jean

Photo : La Presse canadienne / acques Boissinot

« J'ai sauté quand c'était le temps de sauter. J'ai pris des risques. J'ai l'impression d'avoir tout donné. [...] En politique, tu veux des politiciens qui sont dignes des fonctions, qu'ils soient entièrement là pour les citoyens. Maintenant, ce n'est plus mon cas. » Le député péquiste Alexandre Cloutier a annoncé son retrait de la vie politique mardi. Sa collègue Nicole Léger, un pilier du Parti québécois, a fait de même quelques minutes après.

À ces départs s’ajoute l’annonce d’Agnès Maltais, qui ne sollicitera pas de nouveau mandat. D’autres députés péquistes seraient en réflexion, dont le doyen de l’Assemblée nationale, François Gendron, et Nicolas Marceau.

M. Cloutier précise que son départ n’est pas motivé par un manque de leadership au sein du parti. Ses divergences sur les questions identitaires avec le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, ne sont pas à l’origine de son retrait de la scène politique québécoise.

« Jean-François Lisée a toujours agi en gentleman à mon égard, affirme-t-il. Il s’est toujours tourné vers moi pour prendre mon opinion, pour essayer de comprendre comment je voyais les choses. Si vous me demandez si nous étions toujours d’accord, c’est certain que la réponse est non. C’est normal que ce soit comme ça! »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi