Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du lundi 27 novembre 2017

Éruption volcanique à Bali : le pire est à craindre, selon un expert

Publié le

Le volcan Agung à Bali
Le volcan Agung en éruption sur l'île de Bali   Photo : Reuters / Johannes Christo

L'île de Bali est sur un pied d'alerte depuis l'éruption du volcan Agung, il y a deux jours. Des émissions de cendres très puissantes émanent du volcan, ce qui fait dire au volcanologue Patrick Allard, de l'Institut de physique du globe de Paris, que l'éruption pourrait augmenter en intensité, en ampleur et en altitude.

Les conséquences pourraient être dévastatrices, estime le scientifique. « Ce volcan peut produire des coulées de lave, des nuées ardentes et ce qu’on appelle des coulées de boue qui peuvent entraîner des arbres, des ponts et des maisons. »

Habitués à ce genre de catastrophes naturelles, les Indonésiens sont bien entraînés pour réagir aux éruptions. M. Allard souligne que 90 % des victimes de volcans dans le monde, depuis 4 siècles, sont indonésiennes. La population collabore donc activement aux ordres d’évacuation. Déjà, près de 40 000 personnes ont quitté leur domicile.

En 2010, l’éruption du volcan Eyjafjöll, en Islande, avait forcé la fermeture de l’espace aérien sur l’Atlantique Nord. Le scénario pourrait aujourd’hui se répéter dans le Sud-Est asiatique. « L’Agung est beaucoup plus haut que le volcan islandais et que son magma est au moins aussi explosif », rappelle M. Allard.

Chargement en cours