Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Manon Globensky
Audio fil du jeudi 2 novembre 2017

Khéops : la grande pyramide livre une partie de ses secrets

Publié le

La pyramide de Khéops
La pyramide de Khéops   Photo : Reuters / Mohamed Abd El Ghany

« C'est une découverte inattendue, s'exclame Mehdi Tayoubi, codirecteur de ScanPyramids, à l'origine de l'étude. Chaque année, il y a une nouvelle théorie sur des chambres cachées, mais on ne s'attendait pas à repérer une cavité aussi importante, qui fait au minimum 30 mètres de long. » La pyramide de Khéops, une des sept merveilles du monde antique, cachait en son cœur une surprise que les scientifiques viennent de révéler.

L’équipe internationale dont M. Tayoubi fait partie a démontré l’existence d’un vide aussi volumineux qu’un avion proche de la grande galerie, une des pièces les plus impressionnantes de la plus grande des pyramides de Gizeh. En 2016, l’équipe avait déjà sous la main des données encourageantes. « On s’est dit qu’on tenait quelque chose d’assez énorme et on a mis tous les efforts pour confirmer sa présence », explique-t-il.

Pour y arriver, les scientifiques ont fait appel à des technologies non invasives et non destructives qui se servent de particules cosmiques appelées muons. « C’est exactement comme une radiographie, mais comme on ne peut pas utiliser des rayons X sur une structure aussi massive qu’une pyramide, on se sert des muons, qui sont très chargés en énergie et sont plus ou moins absorbés selon les obstacles rencontrés », détaille le chercheur. La quantité de muons détectés permet de savoir si l'endroit scruté est plein ou vide.

Aucune théorie ne prédisait l’existence de cette grande cavité. L’étude de ScanPyramids publiée dans la revue Nature ne lance aucune hypothèse sur ce que pourrait être cet espace vide. « Nous avons fait le choix d’une mission sans égyptologues pour avoir une vision fraîche et neuve, justifie M. Tayoubi. Avec les nouveaux faits que nous apportons, on va travailler avec les architectes pour essayer de déterminer différentes possibilités. »

Chargement en cours