Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du jeudi 5 octobre 2017

L’activité humaine, principale cause de la mort des baleines noires

Publié le

Une baleine noire trouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent
Une baleine noire trouvée morte au mois d'août 2017 dans le golfe du Saint-Laurent   Photo : Pêches et Océans Canada

Les porte-parole du Réseau canadien pour la santé de la faune concluent que ce sont les filets de pêche et la navigation qui déciment la population de baleines noires de l'Atlantique Nord. À l'issue des analyses pratiquées sur six animaux morts récemment dans le golfe du Saint-Laurent, les chercheurs refusent de blâmer qui que ce soit, mais appellent les gouvernements, industriels et scientifiques à établir prestement un plan efficace pour protéger l'espèce en danger.

Selon le directeur scientifique du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins, Robert Michaud, les conclusions des nécropsies « nous ramènent brutalement au fait que ce sont nos activités qui ont eu raison de ces animaux ». Les mesures de limitation de vitesse et de restriction des zones de pêche implantées cet été dans l’urgence ne suffiront pas si les baleines noires s’installent à demeure dans les eaux canadiennes, estime-t-il. « On va devoir faire un suivi fin de la situation et ajuster les mesures de protection, mais ça ne se fera pas sans coût », explique le biologiste.

L’été a été tragique pour les baleines noires de l’Atlantique Nord, alors que 3 carcasses ont été retrouvées dans les eaux américaines, en plus des 12 au Canada. Selon l’association WWF-Canada, 70 % des 450 individus restants portent les marques d’un empêtrement dans des filets de pêche.

Chargement en cours