•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelle acceptabilité sociale pour le projet de GNL au Saguenay?

Midi info - le point sur la COVID-19

Avec Michel C. Auger

En semaine de 11 h 30 à 13 h

Quelle acceptabilité sociale pour le projet de GNL au Saguenay?

Portrait de Marc-Urbain Proulx

Portrait de Marc-Urbain Proulx, professeur d’économie à l’Université du Québec à Chicoutimi et spécialiste du développement économique régional

Photo : Courtoisie Marc-Urbain Proulx

François Legault a réitéré hier l'obligation d'acceptabilité sociale pour le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) au Saguenay, et pas seulement pour les allochtones, mais aussi pour les communautés autochtones. Lui qui était si enthousiaste jusqu'ici semble émettre des doutes pour la première fois.

C'est que face à l'opposition au projet gazoduc Coastal GasLink, certaines personnes redoutent les conséquences pour la construction d'autres mégaprojets, comme celui de GNL, qui voit l'opposition de la population gagner du terrain. Y a-t-il encore une acceptabilité sociale possible pour les grands projets énergétiques?

C'est toute la périphérie du Québec qui a besoin de grands projets comme moteur de l'économie. En Gaspésie, en Abitibi, sur la Côte-Nord et au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Alors le projet GNL soulève cette question-là : "Est-ce qu'on veut des grands projets et sous quelles conditions?" [...] Si on est contre les grands projets, la question qui se pose est celle de la décroissance régionale. Mais est-ce qu'on peut garder nos institutions en contexte de décroissance régionale? Il va éventuellement falloir fermer des écoles et des hôpitaux...

Marc-Urbain Proulx, professeur en économie régionale à l'Université du Québec à Chicoutimi et directeur du Centre de recherche sur le développement territorial

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi