•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DPJ : intervenants et intervenantes sous pression et à bout de souffle

Midi info

Avec Michel C. Auger

En semaine de 11 h 30 à 13 h

DPJ : intervenants et intervenantes sous pression et à bout de souffle

Un jeune assis sur le sol.

La Cour du Québec blâment durement la DPJ pour son manquement à la protection de la fillette décédée à Granby et de son frère.

Photo : iStock / Katarzyna Bialasiewicz

« Les enfants, c'est une richesse. Ce n'est pas une dépense, c'est investissement. »

Andrée Poirier, présidente de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), s’inquiète qu’une autre tragédie comme celle de Granby se reproduise par manque de ressources.

Selon la présidente, c’est une situation qui peut se reproduire en tout temps. « Les intervenants et intervenantes sont exposés à des violences inimaginables et à des dossiers d’enfants qui sont dans une extrême vulnérabilité, et on n’a pas les moyens nécessaires pour faire le travail [...] Sans compter une pression émotionnelle qui s’ajoute à la charge sur le terrain. »

Si elle voit une volonté de la part du ministre de la Santé et des Services sociaux, Lionel Carmant, de remédier à la situation, les résultats sur le terrain tardent à venir. Elle ne compte pas arrêter, elle continuera à faire pression sur le gouvernement afin qu’il déploie les mesures tant attendues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi