Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du jeudi 7 novembre 2019

Les réformes en immigration : les cégeps en région inquiets

Publié le

Le directeur général du Cégep de Baie-Comeau, Claude Montigny. accorde une entrevue devant le cégep.
Claude Montigny, directeur général du Cégep de Baie-Comeau   Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Malgré le recul partiel du gouvernement qui permet une clause des droits acquis pour les étudiants et travailleurs étrangers temporaires qui sont déjà au Québec, les directions des cégeps de l'Est-du-Québec sont inquiètes des conséquences que cela pourrait engendrer au-delà des bancs d'école pour leur région. En plus de perdre de sa clientèle étudiante internationale, le directeur général du Cégep de Baie-Comeau Claude Montigny affirme que l'économie de la région en sera affectée.

« Depuis plusieurs années on est confrontés à des prévisions démographiques qui sont assez catastrophiques. On a dû se tourner vers le recrutement à l’international. Ça permet, oui, la survie de nos programmes, mais en même temps c’est vraiment pour répondre à des besoins de main-d’œuvre. S’il n’y a pas de reconnaissance de ces programmes-là, ça pourrait les mettre en péril et compliquer la vie des entreprises », explique Claude Montigny.

Pour le programme en technologie forestière, l’autre avenue est le programme des travailleurs qualifiés. Pour y participer, les étudiants doivent prouver qu’ils ont eu un emploi à temps plein pendant 12 à 18 ans, ce qui est quasiment impossible dans ce domaine, selon M. Montigny.

Chargement en cours