Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du lundi 16 septembre 2019

Attaque en Arabie saoudite : une gravité sans précédent, selon un expert

Publié le

De la fumée est observée à la suite d'un incendie
De la fumée est observée à la suite d'un incendie à l'usine d'Aramco dans la ville orientale d'Abqaiq, en Arabie saoudite, le 14 septembre 2019.   Photo : Reuters / Hamad I Mohammed

« Il y a eu un choc » et les Saoudiens sont inquiets depuis les deux attaques de samedi contre deux installations pétrolières saoudiennes, selon ce que rapporte Francis Perrin, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques, en voyage à Riyad.

« Effectivement, c'est sans précédent », lance Francis Perrin, en expliquant que cette fois, l'expression « sans précédent » est vraiment de mise. « Ce qui vient de se passer est évidemment très grave, dit-il. Deux installations saoudiennes clés ont été frappées. » La première est la plus importante usine de traitement du pétrole au monde et l'autre est l'un des plus gros champs pétroliers du royaume saoudien.

« Il est clair que les responsables saoudiens et les responsables américains pointent du doigt l'Iran, explique le chercheur. [...] Dans tous les cas, l'Arabie saoudite désigne l'Iran comme responsable direct ou indirect, en agissant par procuration à travers des forces chiites qui lui sont proches. »

L'Arabie saoudite est un géant pétrolier. Ce pays contrôle les deuxièmes plus importantes réserves de pétrole au monde après le Venezuela. C'est le troisième producteur de pétrole et le premier exportateur mondial de pétrole, ajoute Francis Perrin. « La production pétrolière a baissé de 60 % depuis samedi. Ça ne donne pas envie aux Saoudiens d'aller dans le sens de la désescalade des tensions. [...] L'Arabie saoudite s'étonne même que la communauté internationale ne soit pas beaucoup plus ferme envers l'Iran. »

Combien de temps faudra-t-il à l'Arabie saoudite pour revenir à son niveau de production antérieur? « Nous attendons des informations supplémentaires venant de Saudi Aramco, qui contrôle tout le marché saoudien. »

Entre temps, il assure que les stocks pétroliers mondiaux sont assez abondants pour palier la baisse de production de l'Arabie saoudite. Francis Perrin explique qu'il y a des stocks commerciaux, gérés par les compagnies pétrolières, et des stocks stratégiques, gérés par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) liée à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). « L'AIE devra se prononcer dans les jours qui viennent sur le recours ou pas à ces stocks stratégiques pour les pays de l'OCDE. L'AIE est en contact avec l'Arabie saoudite, avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et différents pays pour voir si la situation du marché pétrolier mondial nécessitera l'utilisation de ces stocks stratégiques dans les pays de l'OCDE. »

Chargement en cours