Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du mardi 20 août 2019

Groupe Capitales Médias : Pierre Karl Péladeau ne ferme pas la porte

Publié le

Pierre-Karl Péladeau au micro de Michel C. Auger
Pierre-Karl Péladeau au micro de Michel C. Auger pour parler de l'intérêt de Québecor pour l'achat du Groupe Capitales Médias   Photo : Radio-Canada / Myriam Lemay-Gosselin

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, attend avant de s'engager à participer à l'encan pour l'achat du Groupe Capitales Médias (GCM), même s'il semble encore intéressé à mettre la main sur ses journaux régionaux.

« C’est prématuré de dire si oui ou non [Québecor va faire une offre]. On ne sait pas la façon dont tout ça va évoluer, mais je persiste à dire que s’il y a un groupe qui est en mesure d’assurer la pérennité de ces journaux-là, c’est un groupe industriel capable de mettre en place les économies d’échelle, qui sont incontournables dans l’univers de la presse écrite que nous connaissons », explique M. Péladeau au micro de Midi info.

« Ça prend des rotatives pour imprimer le journal, des camelots, des camions pour le distribuer, ça prend aussi des représentants commerciaux pour vendre des publicités... Ça prend un environnement qui va être celui de la convergence », ajoute-t-il.

Le patron du groupe médiatique confirme qu’il a eu accès aux états financiers de l’entreprise, « mais peut-être pas aussi en détail [que] souhaité », précise-t-il. Québecor avait alors fait une proposition d’achat pour l’ensemble des quotidiens détenus par GCM, une offre rejetée par le gouvernement Legault, qui a plutôt décidé de verser une aide d’urgence au groupe médiatique.

Pierre Karl Péladeau déplore d’ailleurs le choix fait par la Coalition avenir Québec et reste convaincu que la crise était évitable. « Il y a des gens qui disent qu’on est rendus au bord du précipice, mais honnêtement, le précipice était facile à voir il y a 15 ans. Lorsque Internet est arrivé, c’était tellement efficace et utile qu’on savait qu’un jour ou l’autre, ça allait s’abreuver aux sources historiques et originales des journaux et de la télévision généraliste [soit les publicités]. »

Parmi les enjeux soulevés dans l’éventualité d’un achat par M. Péladeau, celui de la coexistence du Journal de Québec, propriété de Québecor, et du quotidien Le Soleil, qui appartient au GCM, reste entier. « Je pense que c’est possible, mais pendant combien de temps et selon quelles modalités? On verra bien. On est dans l’hypothétique. »

Chargement en cours