Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du mardi 25 juin 2019

Une réforme en profondeur du Fonds vert

Publié le

Plan moyen des deux hommes.
Les ministres Jonatan Julien et Benoit Charette ont annoncé en fin de matinée les changements qui toucheront le Fonds vert.   Photo : Radio-Canada

Le gouvernement du Québec a annoncé ce matin une réforme en profondeur du controversé Fonds vert, qui gère une enveloppe de plus de 1 milliard de dollars. Le Fonds portera désormais le nom « Fonds d'électrification et de changements climatiques », et son conseil de gestion, créé il y a deux ans, va passer à la trappe. C'est une réforme majeure qui permettra au ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, de rapatrier tous ces pouvoirs dans son ministère. La société d'État Transition énergétique Québec (TEQ) est pour sa part abolie, et ses ressources seront intégrées au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles.

Karel Mayrand, directeur général pour le Québec et l’Atlantique à la Fondation David Suzuki, soutient qu'on pourra juger l’arbre à ses fruits dans quelques années, mais qu'« on a peut-être manqué l’occasion de tout intégrer sous une seule entité, c’est-à-dire [que ] le Fonds vert et Transition énergétique Québec auraient pu devenir une seule agence. [...] Là, la capacité des deux ministères à travailler ensemble, ça reste à voir. »

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, se félicite pour sa part que sa réforme corrige les principales lacunes du Fonds vert, soit le manque d’imputabilité et de transparence. « Le commissaire au développement durable [qui présentera dorénavant un rapport annuel sur la gestion du fonds], c’est un moyen pour nous de nous assurer de l’objectivité de la démarche, mais il faut savoir aussi que je serai accompagné d’un comité d’experts qui rendra publiques ses recommandations », a indiqué le ministre.

Chargement en cours