Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du vendredi 3 mai 2019

Mort d'une fillette à Granby : la pratique des intervenants de la DPJ est à revoir, selon un expert

Publié le

Un enfant derrière une fenêtre givrée dépose sa main contre la vitre et regarde au sol.
Les délais moyens d'attente à la Direction de protection de la jeunesse (DPJ) pour l'évaluation ont fortement augmenté depuis trois ans. Une hausse moyenne de 51 % pour l'ensemble des régions du Québec.   Photo : iStock

Robert Pauzé, professeur retraité du Département de psychoéducation de l'Université de Sherbrooke, explique qu'il faut soutenir et former davantage les jeunes intervenants de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Il constate que ces intervenants se retrouvent souvent isolés et avec un temps limité d'évaluation de dossier pour gérer des situations familiales de plus en plus complexes.

Compte tenu de la lourdeur de la tâche, il ne faut pas s'étonner selon lui de constater un roulement de personnel élevé et une détresse psychologique omniprésente chez ces intervenants.

Chargement en cours