•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La navigation sur la rivière Petitcodiac : un pan d’histoire à découvrir

Michel le samedi

Avec Michel Doucet

Samedi de 7 h à 11 h
7 h 30 à 11 h 30 à T.-N.-L.

La navigation sur la rivière Petitcodiac : un pan d’histoire à découvrir

Rattrapage du samedi 31 octobre 2020
Une volée d'oiseaux au dessus de la rivière Petitcodiac à Dieppe alors que le soleil se couche.

Des oeuvres d'art seront installées près du sentier riverain à Dieppe.

Photo : Suzanne Leblanc

La rivière Petitcodiac, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick est surtout connue pour son fameux mascaret. Toutefois, son histoire est riche et mérite qu'on s'y attarde davantage, puisque la Petitcodiac a jadis été une voie navigable importante et essentielle à l'économie de la région.

Archiviste au Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson, Christine Dupuis se penche sur l dans un texte intitulé La navigation des chalands sur la rivière Petitcodiac : une étude micro historique du journal de bord du capitaine Paul Kool, publié dans Les cahiers de la Société historique acadienne.

L’activité sur la Petitcodiac a été à son plus fort entre 1871 à 1951 environ. La construction navale était importante et la région construisait des chalands : de grands navires de bois à fond plat, qu’on appelait des scows en anglais.

Deux hommes se tiennent debout dans un bateau installé sur une remorque sur le bord d’un rivage.

Des membres de l'équipe du Verger Belliveau de Memramcook se préparent à faire le trajet de Memramcook à Moncton sur la rivière Petitcodiac à bord d'un « Scow » (chaland) afin de livrer leur cidre de pomme « Scow », comme on le faisait au XIXe siècle.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Robichaud

Les plus grands [chalands] pouvaient mesurer jusqu’à 75 pieds de longueur, c’est quand même assez grand, 22 pieds de largeur et 7 pieds de hauteur. Ça peut contenir jusqu’à 200 tonnes cube de matériaux de construction, parce que leur activité principale était le transport de matériaux de construction, du long de la baie de Fundy, de la rivière Petitcodiac jusqu’aux villes de Moncton et de Saint-Jean pour la construction dans ces villes-là.

Christine Dupuis

La pierre du Collège Saint-Joseph de Memramcook a été transportée à partir de chalands sur la Petitcodiac, tout comme celle ayant servi à la construction de plusieurs églises et de l’édifice Marven’s à Moncton.

Ce n’est qu’après la Deuxième Guerre mondiale que la navigation sur la rivière Petitcodiac a peu à peu laissé sa place à d’autres modes de transport plus efficaces et moins coûteux, comme le train. La construction du pont-jetée en 1968 a rempli la rivière de sédiments, empêchant la navigation de grandes embarcations.

Michel Doucet s’est entretenu avec Christine Dupuis sur la riche histoire de la navigation sur la rivière Petitcodiac ainsi que du capitaine Paul Kool, père de la célèbre capitaine Molly Kool, et de son journal de bord, dont s’est servi l’archiviste pour sa recherche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !