•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Table ronde : Quand la rentrée scolaire rime avec anxiété

Michel le samedi

Avec Michel Doucet

Samedi de 7 h à 11 h
7 h 30 à 11 h 30 à T.-N.-L.

Table ronde : Quand la rentrée scolaire rime avec anxiété

Rattrapage du samedi 5 septembre 2020
Un jeune homme triste devant ses livres d'école.

Le stress affecte de plus en plus les jeunes

Photo : getty images/istockphoto / Nadezhda1906

Malgré les incertitudes qui demeurent face à cette rentrée scolaire hors de l'ordinaire, beaucoup d'enfants et de jeunes attendent la reprise des classes avec impatience. Pour d'autres toutefois, le retour en classe est synonyme d'anxiété pour de multiples raisons.

Depuis plusieurs semaines, le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour reçoit un nombre impressionnant d’appels de jeunes, paniqués à l’idée de retourner à l’école. Selon la directrice de l’organisme, Kristal LeBlanc, même si on aime penser que tous les enfants attendent la rentrée avec impatience, pour ceux qui vivent de l’intimidation quotidiennement, l’école ne représente pas un endroit sécuritaire.

Pour d’autres, les vacances durant l’été, c’est vraiment leur seul temps, surtout les jeunes qui malheureusement sont intimidés à l’école, qui souffre la violence verbale, physique, chez d’autres étudiants, pour eux autres c'était vraiment comme avoir un plus long petit moment de paix. Donc pour eux autres, l’idée de retourner dans un environnement avec de l’abus cause beaucoup, beaucoup d’anxiété.

Kristal LeBlanc

Les écoles mettent de leur côté tous leurs efforts afin d’offrir une expérience positive aux élèves et leur offrir toutes les ressources disponibles pour leur permettre de s’épanouir sur le plan émotionnel, social et académique.

Adela Njie, coordonnatrice des services aux élèves au Conseil scolaire acadien provincial de la Nouvelle-Écosse, explique que c’est dans cette optique que les premières semaines de classe seront centrées sur l’élève et son bien-être, plutôt que sur les apprentissages. Elle insiste le fait que rien n’est certain en ce moment et qu’on doit tous faire preuve de résilience.

Bien sûr, l’anxiété n’épargne pas les parents. Patrick Hardy, à Moncton, est le père d'un adolescent de 14 ans, Sam, qui vit avec un trouble du spectre de l'autisme. Bien qu’il tente de percevoir la rentrée de façon positive, il a quand même plusieurs raisons de s’inquiéter. La principale d’entre elles est qu’avec les nouvelles règles sanitaires, les élèves de l’école de Sam iront en classe un jour sur deux selon l’ordre alphabétique de leurs noms de famille. Or, Sam a déjà vécu de l’intimidation à l’école et les élèves qui l’ont déjà intimidé seront à l’école en même temps que lui, alors que ses amis ‘’protecteurs’’ seront absents.

De son côté, Renée Guimond-Plourde, détentrice d'un doctorat en éducation et spécialiste de la gestion du stress chez les jeunes, affirme qu’il est normal de ressentir du stress, surtout en pleine pandémie. Elle insiste toutefois sur l’importance pour les parents de contrôler leur anxiété afin de ne pas le transmettre à leurs enfants. Elle affirme qu’il existe des outils faciles et efficaces pour y arriver.

Table ronde sur l’angoisse de la rentrée scolaire, animée par Michel Doucet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !