•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Tout le monde a une histoire à raconter » : le journalisme selon Yves Boisvert

Métier : journaliste

Avec Marie-Louise Arsenault

Le samedi de 13 h à 14 h

« Tout le monde a une histoire à raconter » : le journalisme selon Yves Boisvert

Yves Boisvert, chroniqueur à La Presse

Yves Boisvert, chroniqueur à La Presse

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

« Je suis à la fois un témoin, un critique ou un analyste, mais je pense que c'est essentiel de toujours retourner sur le terrain et d'aller voir le monde tel qu'il est. » Yves Boisvert a su se tailler une place importante dans le milieu journalistique québécois. Bien qu'il se spécialise dans la chronique judiciaire, il aime également sortir des sentiers battus pour aller vers les gens afin de raconter leur histoire.

Mon rôle est de faire du commentaire sur des événements d’intérêt public, de raconter le monde, d’en être le témoin, de critiquer ceux qui le gouverne, mais parfois c’est simplement de raconter la vie.

Yves Boisvert, journaliste

Yves Boisvert est né en 1964 à Montréal. Il fait ses études en droit à l'Université de Montréal, pour lesquelles il décroche un baccalauréat en 1987. C’est à la suite d'un stage à La Presse que sa passion pour le journalisme se développe. Comme premier mandat, on lui demande de couvrir un tournoi d’échecs qui a lieu à Québec. Il se fait rapidement un nom et, en 1990, il commence à se spécialiser dans la chronique judiciaire. Depuis, il voue une fidélité indéfectible à ce quotidien montréalais qu’il n’a jamais laissé tomber jusqu’à ce jour.

Ça m’a pris du temps pour trouver ma voix. Il faut que le public te connaisse, te reconnaisse et qu’il s’habitue à toi. Il faut forger sa propre signature, et ça, ça évolue toujours. Je me pose encore des questions fondamentales.

Yves Boisvert, journaliste

Au sujet du journalisme judiciaire :

« C’est une fonction dans la démocratie qui est fondamentale. Les journalistes surveillent la branche du pouvoir judiciaire. En étant là et en rapportant ce qui se trouve dans un procès, on se trouve à être les yeux et les oreilles du public. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi