•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bienfaits et les précautions à prendre pour la baignade en eau froide

Même fréquence

Avec Maude Rivard

En semaine de 15 h à 18 h

Les bienfaits et les précautions à prendre pour la baignade en eau froide

Rattrapage du vendredi 19 février 2021
L'autrice Vanessa Bell pratique la baignade en eau froide. On la voit dans l'eau glacée jusqu'à la poitrine, souriante, entourée de glace.

L'autrice Vanessa Bell pratique la baignade en eau froide. Ici au Lac Raquette, près de Québec.

Photo : François Poulin

L'autrice de Québec Vanessa Bell a commencé à se baigner en eau glaciale en Norvège il y a environ un an. Et c'est tout doucement que cette pratique s'est intégrée à ses activités hivernales avec ses proches.

Aujourd'hui, elle se baigne en eau froide, accompagnée d'une amie, dans les lacs, les rivières et dans le fleuve Saint-Laurent. Elle explique qu'il faut bien connaître l'endroit, les courants, les vents, le terrain.

Pour ce faire, elle ne porte qu'un bikini, des gants et des chaussons de néoprène.

Avant de creuser un trou dans la glace et de se lancer à l'eau, elle prépare un petit feu à ses côtés, pour sa sortie des eaux, une collation et un brevage chaud.

L'autrice a aussi découvert toute une communauté virtuelle de baigneurs, car, en effet, l'activité a des adeptes partout dans le monde.

Immergée dans l'eau à cinq degrés Celsius ou moins, Vanessa Bell retrouve le sentiment d'être en vie, un sentiment de bien-être.

Selon Dr Marc Gosselin, président directeur médical de SIRIUSMEDx, une organisation spécialisée en formations de premiers soins en régions éloignées, la baignade en eau glaciale s'adresse à des personnes en bonne santé. Car le choc thermique provoqué par les premières minutes d'immersion peut provoquer des réactions physiologiques intenses.

Une fois dans l'eau, passé le choc thermique, la respiration se calme et il faut continuer de bouger, d'après le spécialiste de la médecine sportive. Sinon le corps va ralentir la circulation sanguine pour garder sa chaleur dans la partie centrale du corps.

Il faut activer les muscles pour les quelques secondes ou minutes qu'on restera dans l'eau, car au-delà de dix minutes, les membres se raidissent, on a des difficultés d'élocution et on peut même devenir euphorique. Ce sont des signaux de danger.

Dr Marc Gosselin, président directeur médical de SIRIUSMEDx

Finalement, quand on sort de l'eau, notre température corporelle continue de baisser, d'après Dr Gosselin. Il faut se réchauffer et s'habiller rapidement.

Vanessa Bell et Marc Gosselin conviennent de l'importance de la prudence, de la préparation et d'une bonne connaissance de nos limites afin d'éviter l'hypothermie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !