•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fatigue par compassion des enseignants

Même fréquence

Avec Maude Rivard

En semaine de 15 h à 18 h

La fatigue par compassion des enseignants

Rattrapage du mercredi 20 janvier 2021
Un ordinateur portable ouvert. On voit à l'écran une professeure d'université donnant un cours.

Une enseignante offre un cours à distance.

Photo : Getty Images / Ridofranz

On parle de plus en plus du phénomène de l'absorption de la détresse des élèves chez les enseignants.

Ce qu'on nomme la fatigue de compassion ou traumatisme vicarien fait habituellement référence aux médecins, ambulanciers et policiers exposés en première ligne à accueillir des récits difficiles, explique Jean-François De La Sablonnière, médecin psychiatre au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Toutefois, les enseignants font eux aussi face à des événements qui dépassent leurs capacités d'adaptation.

Ils peuvent être par la suite envahis par ces traumatismes et ressentir de la tristesse, de l'irritabilité, un émoussement de leurs émotions, de la difficulté de concentration ou du sommeil.

Quand ces situations sont assez sévères pour heurter ou ébranler leurs croyances fondamentales, il peut arriver une fatigue par compassion.

Travailler en équipe, accepter ses limites et contrer son impuissance en cultivant la compassion et la gratitude au quotidien sont quelques pistes pour garder pied.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !