Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 24 octobre 2018

L’alimentation, le talon d’Achille des Canadiens

Publié le

Réjean Hébert et Stéphanie Côté au micro de Catherine Perrin.
Réjean Hébert et Stéphanie Côté   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La consommation de boissons sucrées et de produits transformés des Canadiens risque de faire chuter le pays du 17e au 27e rang sur le palmarès de l'espérance de vie dans le monde d'ici 2040, si rien ne change. Réjean Hébert, ex-ministre de la Santé, et Stéphanie Côté, nutritionniste, tirent ces conclusions d'une étude financée par la Fondation Bill Gates, qui fait des projections sur la santé dans 195 pays. Ils expliquent à Catherine Perrin qu'il faut taxer les produits sucrés et valoriser de saines habitudes pour inverser la tendance.

« La publicité nous incite à manger, peu importe où l’on va », déplore Stéphane Côté, selon qui l’environnement alimentaire est à blâmer pour les mauvaises habitudes canadiennes. « On peut aller à la pharmacie chercher ses pilules pour baisser le cholestérol et s’acheter une barre de chocolat au même comptoir. […] Partout, il y a cette offre d’aliments accessibles, peu coûteux… On parle souvent de malbouffe. On a tendance, aussi, à manger dans la voiture, devant l’ordinateur, à ne pas s’asseoir à table pour partager un repas et donc porter attention à ce que l’on mange. On cuisine de moins en moins, donc, on dépend des aliments transformés. Tout ça, ce sont des facteurs sur lesquels l’individu a un contrôle. »

On ne mange pas assez de fruits et de légumes, pas assez de grains entiers, on mange trop d’aliments transformés, donc trop de sel, trop de gras trans; on boit trop de boissons sucrées. Tous ces problèmes sont directement liés à la santé, parce qu’ils augmentent le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, d‘hypertension, de diabète, aussi de plusieurs types de cancer.

Stéphanie Côté

La cigarette du 21e siècle

« Il y a une réflexion extrêmement importante [à avoir] sur les boissons sucrées, qui sont, à mon avis, la cigarette du 21e siècle », affirme Réjean Hébert. Ministre de la Santé péquiste de 2012 à 2014, il a chapeauté une politique nationale de la santé qui a par la suite été partiellement appliquée par le gouvernement libéral suivant. « Les boissons sucrées font l’objet d’un marketing par l’industrie qui est incroyable. [Il y a] un lavage de cerveau par rapport à ces boissons-là. On a commencé, dans plusieurs pays, à avoir des politiques publiques de taxation, par exemple des boissons sucrées, et c’était un des éléments de la politique qui ont été relégués à un chantier dans la politique qui a été publiée. »

« La taxation des boissons sucrées a été démontrée comme étant efficace; on a des preuves très intéressantes, notamment au Mexique, dans des pays européens et certains États américains. [Elle] réduit la consommation et a pour effet de diminuer l’embonpoint et l’obésité. »

Chargement en cours