Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 20 avril 2018

Les camionneurs réclament un peu plus de respect sur les routes

Publié le

Serge Bouchard, Benoit Léger et André Gallant au micro d'Isabelle Craig.
Serge Bouchard, Benoit Léger et André Gallant   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Longs horaires, longues distances, délais serrés, charges lourdes, véhicule difficile à manœuvrer, règles plus strictes, témérité et impatience des automobilistes... Chaque jour, les camionneurs canadiens doivent tenir compte de tout cela pour mener à bon port les produits que nous consommons. En compagnie de l'anthropologue Serge Bouchard, trois camionneurs, Benoit Léger, André Gallant et Béatrice Migneault, expliquent à Isabelle Craig pourquoi ils estiment mériter un peu plus d'égards sur la route.

« Les automobilistes ne comprennent pas beaucoup les camions; leur lourdeur, leur façon de décoller, leur façon de ralentir, le temps qu’ils prennent pour ralentir… Donc, [pour eux], c’est une nuisance, affirme Serge Bouchard. On ne peut pas être impatient; un camion n’est pas une automobile. Ça ne se conduit pas comme une automobile. Toute ma vie, j’ai été poli avec les camionneurs et ils me l’ont rendu, tout le temps! Quand ils veulent dépasser, laissez-les passer! Ce sont les professionnels de la route. Là-dessus, personne ne se comprend. »

Le sommet de la chaîne
« Sur la même chaussée, il y a des vélos, il y a des voitures et il y a des camions. Les seuls qui connaissent les réalités et les règles de tous ces gens-là, ce sont les camionneurs, dit Benoit Léger. J’ai un vélo, j’ai une voiture et j’ai un camion. C’est le sommet de la chaîne alimentaire, comme j’aime dire. Les camions n’ont pas les mêmes règles sur la route que les voitures. Ils ne sont pas autorisés à aller sur les mêmes voies sur les autoroutes. Ils sont limités à 105 km/h. »

Objectif : les yeux du chauffeur
« La petite madame ou le petit monsieur qui va à Walmart faire sa petite commande [doit savoir que] tout ça est arrivé, même si ça vient de Chine, en camion, souligne André Gallant. [Pour] tout ce que vous pouvez voir autour de vous, il y a un camion [qui a été] impliqué. Moi, personnellement, je ne demande pas qu’on en tienne compte. Ce que je demande, c’est de faire attention quand on est sur la route. Prenez conscience que le camion ne s’arrête pas sur un 25 sous, comme on dit. Quand vous dépassez ou vous suivez un camion, si vous ne voyez pas les yeux du chauffeur dans les miroirs, vous n’êtes pas au bon endroit. »

Anticiper les comportements
« L’automobiliste est davantage dans sa bulle à lui; une toute petite bulle, déplore Béatrice Migneault. Cet automobiliste-là est sans doute sur son téléphone, pressé de rentrer chez lui ou elle, de trouver un dépanneur ou je ne sais quoi, et roule dans la file de gauche parce que les camions sont lents. Dès qu’on ralentit, on a une inertie, mais il faut reprendre de la vitesse. Quand [les automobilistes] veulent sortir, qui on coupe? On coupe le camion. Le camion va freiner, ralentir la file et, derrière, les automobilistes vont tout à coup former une longue file d’un kilomètre, pare-chocs à pare-chocs. Tout le monde est en péril. La loi des trois secondes entre les voitures n’est jamais respectée. [Nous devons] anticiper ces comportements, surtout dans les villes. »

Chargement en cours