•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Les mille et une façons de faire une demande en mariage

Audio fil du vendredi 8 décembre 2017
Guillaume Pineault au micro de Catherine Perrin

Guillaume Pineault

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Dans les médias, avec une chanson, avec une projection sur la tour Eiffel... Tous les moyens sont bons pour faire la grande demande à sa douce moitié, et une étude démontre que le mois de décembre est le moment le plus prisé pour le faire. Guillaume Pineault, humoriste ayant demandé sa copine en mariage lors d'une émission d'En direct de l'univers, Nicolas Garreau, organisateur de demandes en mariage, et Marie L. Voyer, concierge, discutent avec Catherine Perrin des bonnes et des moins bonnes façons de faire une demande en mariage hors de l'ordinaire.

Guillaume Pineault est celui qui a demandé Anne-Élisabeth Bossé en mariage lors d’une émission d’En direct de l’univers consacrée à la comédienne. « Sa famille était là, ma famille regardait la télé… C’est la façon que j’ai trouvée de réunir nos deux familles ensemble, raconte l’humoriste. Je trouvais ça le fun de pouvoir le faire [à ce moment]. Et c’est comme une soirée de haute voltige en émotion. Je me disais : "Je vais la faire exploser à la fin." »
Le jeune homme a attendu la toute fin de l’émission pour procéder afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de malaise au cas où sa dulcinée refuserait. « J’ai vu tout au long de l’émission qu’elle était contente, qu’elle était heureuse que je sois là… », ajoute-t-il pour expliquer son geste.

Pour la princesse en elle
Nicolas Garreault se spécialise dans la réalisation de demandes en mariage spectaculaires. Il offre des forfaits qui se concluent par des coups d’éclat allant de projections sur la tour Eiffel à des avions qui dessinent dans le ciel des cœurs et les initiales des amoureux en fumée. « C’est un peu le jour où le rêve du prince charmant se concrétise, affirme l’entremetteur. Depuis la petite enfance, on habille les petites filles en robes de princesse; on leur explique que le prince charmant existe. Si le jour de la demande en mariage, il n’y a pas quelque chose de spectaculaire, d’original et d’unique, eh bien, les femmes comprennent que le prince charmant n’existe pas. »

Pour tous les goûts
Marie L. Voyer est souvent appelée à participer à des demandes en mariage dans l’hôtel où elle travaille. Ces dernières sont généralement moins extravagantes que les concepts de M. Garreau. « On a beaucoup de demandes pour faire ça dans l’intimité, soit dans la chambre ou dans un endroit romantique de la ville », souligne-t-elle. Elle raconte qu’il lui est néanmoins arrivé de devoir débusquer une trame sonore ou de louer le navire Bluenose à très peu de temps d’avis, précisant que de nombreux prétendants s’y prennent à la dernière minute pour préparer leur plan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi