Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 10 août 2017

Le côté sombre du tourisme de masse

Publié le

Marie-Andrée Delisle et Glenn Bertrand au micro de Stéphan Bureau
Marie-Andrée Delisle et Glenn Bertrand   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« En ce moment, c'est le tourisme qui transforme la ville. » Les nouvelles lignes directes des transporteurs aériens et le phénomène Airbnb ont démocratisé le tourisme au point de dégrader la qualité de vie dans des grandes villes, selon Marie-Andrée Delisle, consultante en tourisme, et Glenn Bertrand, Québécoise résidant à Barcelone. Elles expliquent à Stéphan Bureau qu'il faudrait une meilleure gouvernance pour étudier les effets du tourisme sur le territoire.

« J’ai beaucoup d’amis catalans, barcelonais. Je vois très bien comment ils en souffrent, affirme Glenn Bertrand. C’est l’incivilité des étrangers qui dérange. […] Ce n’est pas l’Airbnb [loué par] un Québécois en vacances avec sa famille, qui va à la plage et qui visite sans dérager personne qui est le problème. C’est vraiment ceux qui ne réalisent pas que de parler, de chanter à 4 h du matin, de casser des bouteilles de bière dans la rue, ça dérange. Ce sont de petites ruelles et ce sont des incivilités qui irritent énormément. »

« Laissez-nous vivre »
« Les gens sont en train de perdre leur qualité de vie. [Leur quartier] ne leur appartient plus, finalement, indique Marie-Andrée Delisle. On le voit sur les murs : "Tourists go home!" On placarde certaines choses comme : "Laissez-nous vivre." ou "Prenez vos selfies, mais prenez-les ailleurs." »

Consignes
La consultante en tourisme cite les consignes que la ville de Venise transmet désormais aux touristes qui arrivent : « Ne pas s’asseoir sur les quais, ne pas plonger dans les canots, ne pas jeter de papiers par terre, ne pas se promener en bikini ou en maillot de bain, ne pas nourrir les oiseaux, ne pas faire de bicyclette sur les quais, qui sont quand même assez étroits… Mais ce n’est pas à ce moment-là que les gens doivent être sensibilisés, c’est avant d’arriver. »

Chargement en cours