Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 3 mai 2017

Élections en France : les partisans de Mélenchon déchirés

Publié le

Cyrille Béraud, Arnaud Bouquet, Pascal Brouard et Clara Chambon au micro de Catherine Perrin
De gauche à droite et de haut en bas : Cyrille Béraud, Arnaud Bouquet, Pascal Brouard et Clara Chambon   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Annuler son vote ou s'abstenir de voter, et ainsi risquer de favoriser Marine Le Pen, ou voter pour Emmanuel Macron? Les partisans du candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon, défait lors du premier tour des élections présidentielles françaises le 23 avril, sont divisés quant à ce qu'ils devront faire lors du décisif deuxième tour. En compagnie de l'observateur Pascal Brouard, trois partisans de Mélenchon vivant au Québec, Cyrille Béraud, Arnaud Bouquet et Clara Chambon, expliquent à Catherine Perrin pourquoi, peu importe le choix qu'ils feront, ils auront l'impression de nuire à leur pays le 7 mai.

« Jean-Luc Mélenchon avait bien précisé : aucune voix ne doit aller à Marine Le Pen, rappelle Pascal Brouard. Ce qui est très intéressant, c’est qu’en ce moment, les consignes de vote de la part des politiciens, des chefs de partis ne fonctionnent plus. Il y a quand même 35 % des électeurs de François Fillon qui vont voter Le Pen, malgré l’appel à voter Macron. Alors que chez Mélenchon, lui qui n’a pas donné de consigne claire de vote, seulement 14, 15 % des électeurs voteraient Le Pen. »

D’un extrême à l’autre
« La vraie situation politique, c’est qu’au deuxième tour de l’élection présidentielle arrivent deux candidats extrémistes, déplore Cyrille Béraud. Macron, c’est l’extrême finance. […] L’Europe est en train de se désagréger. Les Anglais sont partis. Trois gouvernements sont pilotés par l’extrême droite. Il y a des populistes dans les partis de huit gouvernements... Le projet ultralibéral que nous propose Macron va accélérer cette désagrégation. »

Hiérarchie du malheur
« Ce sont des politiques comme celles que proposent Macron qui ont fait que le Front national est autant monté, souligne Clara Chambon. Je suis un peu tiraillée entre voter blanc ou voter Macron. Je mets quand même une hiérarchie : je pense que Le Pen, c’est pire, notamment par rapport au climat de terreur et au racisme que ça pourrait entraîner. Mais d’un autre côté, je n’ai pas envie de légitimer le programme de Macron, que je trouve absolument aberrant aussi et qui pourrait avoir des conséquences dramatiques au bout de cinq ans. »

Question de mathématiques
« Le choix qui s’impose à nous, c’est le mal ou la cause du mal, s’attriste Arnaud Bouquet. Moi, je vais choisir la cause du mal, parce que depuis 10 jours, on voit que le résultat va être mathématique. Finalement, je ne pense pas que le vote pour Marine Le Pen puisse aller au-delà de ce qu’il est présentement. Elle le sait et elle en est consciente. Et je pense que l’abstention et le vote blanc peuvent l’aider d’un point de vue mathématique. Elle le cherche et elle l’appelle. »

Chargement en cours