Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 12 juin 2019

La littérature comme tremplin pour les mères décrocheuses

Publié le

Tracey-Samantha Petit, Marie-Michèle Cloutier, Mélanie Thibeault et Patricia Dorais au micro de Catherine Perrin.
Tracey-Samantha Petit, Marie-Michèle Cloutier, Mélanie Thibeault et Patricia Dorais   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Ensemble, neuf mères de famille faiblement scolarisées ont écrit un livre après avoir suivi un cours de littératie par l'entremise du Carrefour jeunesse emploi (CJE) Matawinie. Le programme Un livre pour exister leur a donné un réseau d'entraide, et certaines sont même retournées aux études. En compagnie de Bruno Ayotte, instigateur du programme, et de Tracey-Samantha Petit, intervenante, Patricia Dorais, Marie-Michèle Cloutier et Mélanie Thibeault expliquent à Catherine Perrin qu'elles se sont ainsi découvert des aptitudes en dehors de leur rôle de mère.

« Disons que ma vie en tant qu’individu a été un peu négligée pendant ces années-là », dit Marie-Michèle Cloutier au sujet des 13 années passées depuis la naissance de son premier enfant.

Des effets positifs pour la famille

« Le fait que moi-même, j’aille mieux, et que je me sois épanouie, c’est sûr que les enfants en bénéficient », note-t-elle en guise de bilan de sa participation au programme. Dans sa portion du recueil d’histoires, elle raconte son parcours afin, dit-elle, de rejoindre des gens à la trajectoire semblable.

Bruno Ayotte au micro de Catherine Perrin.
Bruno Ayotte Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Des histoires touchantes

Mère de six enfants, Mélanie Thibeault consacre sa nouvelle à l’année de la naissance de sa dernière fille, 2016. « Il y a eu la naissance de ma petite cocotte, puis la mort de ma maman en l’espace de trois mois et demi, raconte-t-elle. Ça n’a pas été la naissance la plus facile, non plus. Aujourd’hui, ma fille va bien, elle est en pleine santé. […] Ma mère, c’était ma meilleure amie, ma confidente. »

Mères et fières

« Je suis vraiment fière de ce que j’ai accompli, affirme Patricia Dorais. J’ai réalisé quelque chose que je ne pensais jamais [faire] un jour. Ça m’a comme donné un push dans la vie, si l’on peut dire. Ça me donne envie de continuer. »

Se voir différemment

Tracey-Samantha Petit se réjouit de voir la confiance en elles des participantes se développer avec le livre qu’elles écrivent. « Ce sont des femmes qui ne se voient plus juste comme des mamans, mais comme ayant le droit de prendre du temps pour elles, de faire attention à elles et de se considérer en tant que femmes dans des projets différents. »

Chargement en cours