Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 9 mai 2019

Le charme rassembleur et persistant des revues à potins

Publié le

Pierre Barrette, MC Gilles, Roxanne Tremblay et Julie Buchinger au micro de Catherine Perrin.
Pierre Barrette, MC Gilles, Roxanne Tremblay et Julie Buchinger   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Malgré les mutations dans la sphère médiatique, elles demeurent pour plusieurs un divertissement permettant d'assouvir leur curiosité, elles sont des recueils d'histoires truculentes et une façon de créer des liens et de s'informer sur ces vedettes auxquelles les gens s'identifient. À l'occasion du 30e anniversaire du magazine 7 jours, le sémiologue Pierre Barrette, les chroniqueurs Roxanne Tremblay et MC Gilles, et la journaliste Julie Buchinger expliquent à Catherine Perrin que de telles revues remplissent une fonction particulière qui n'est reprise par aucun autre média.

« C’est bien de savoir quel est le potin qu’il faut savoir, note Pierre Barrette. Si on se promène un peu partout sur Internet, il n’y a pas nécessairement quelqu’un qui nous dit c’est quoi, le potin du jour. […] Ces magazines font une curation qui détermine un peu l’ordre des priorités, ce qui doit être au goût du jour. Les gens le savent. S’ils veulent pouvoir se servir de leurs lectures, s’en servir comme bruit social, il faut qu’ils aient les mêmes références que les autres. »

Un Québec fou de ses vedettes

« Tout le monde nous dit : "On voit toujours les mêmes visages; on veut de nouvelles vedettes", sauf que si vous invitez d’autres gens, malheureusement, on nous dit : "C’est qui, ça? Ça m’intéresse moins", souligne MC Gilles. Les revues [à potins], c’est un peu ça : on veut entendre parler de nos vedettes. »

Il y a un côté voyeur. C’est comme regarder un téléroman, le soir. Ce n’est pas toujours parfait, mais on décroche de son quotidien

MC Gilles
Couvertures de magazines à potins.
Couvertures de récents numéros des magazines 7 jours et La Semaine   Photo : 7 jours / La Semaine

Des histoires qui touchent

« Oui, ça peut paraître futile, mais des fois, il y a des sujets profondément humains qui peuvent toucher le lecteur, et pas nécessairement le lecteur amateur de vedettes, souligne Roxanne Tremblay. Il y a aussi les histoires vécues. […] On peut avoir une vedette B qui a une histoire vraiment intense; on veut savoir ce qui s’est passé. On parle de séparations, on parle de nouvelles vies, de grands défis, on parle de tragédies… On parle d’histoires vibrantes. »

On a des vedettes extraordinaires, on a des artistes qui collaborent, qui participent, parce qu’on est un petit star-system. Au lieu de se tirer dessus, encourageons-nous.

Roxanne Tremblay

Indéniable proximité

« Le lecteur […] se sent tellement proche de ces vedettes-là, observe Julie Buchinger. Des fois, sur les réseaux sociaux, il s’adresse à elles comme si c’était ses amies. C’est hyper touchant à voir. Je pense qu’il y a vraiment un lectorat au premier degré qui s’inquiète de savoir comment guérit tel acteur de la fracture du bras qu’il a eue la semaine passée, puis comment s’est passé l’accouchement de telle autre personne. »

Chargement en cours