Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 3 avril 2019

Comment aider les jeunes en difficulté à développer l’estime de soi

Publié le

Stéphanie Deslauriers et Nadia Gagnier au micro de Catherine Perrin.
Stéphanie Deslauriers et Nadia Gagnier   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Pour que les jeunes aient une saine estime d'eux-mêmes, ces derniers doivent dormir suffisamment, avoir le sentiment d'être écoutés par leurs parents, se connaître et connaître leurs limites, et développer un sentiment d'appartenance vis-à-vis de leur milieu scolaire. La psychoéducatrice Stéphanie Deslauriers, le neuropsychologue Dave Ellemberg et la psychologue Nadia Gagnier expliquent à Catherine Perrin que pour les enfants et les adolescents, une faible estime de soi et les difficultés d'apprentissage forment un cercle vicieux.

« Ça commence dès l’établissement de la relation d’attachement parent-enfant, où les parents sont les donneurs de soins principaux pour le tout-petit, qui append à se construire une image de lui-même, affirme Stéphanie Deslauriers. Est-ce que je suis aimable? Est-ce que je mérite qu’on réponde à mes besoins? Quand la réponse est oui – parce que j’ai des parents qui sont sensibles, comprennent rapidement mes signaux de détresse et y répondent rapidement et efficacement –, je perçois dans le regard des autres […] que je suis aimable. »

Connaître son enfant

« Avec nos vies qui sont tellement occupées, on ne prend pas le temps d’apprendre à connaître nos enfants, déplore Dave Ellemberg. Évidemment, on met beaucoup l’accent sur les difficultés qu’ils éprouvent à l’école ou lors des devoirs, mais qu’est-ce qu’ils aiment? Qu’est-ce qui les passionne? Ce sont ces [informations] qui vont permettre aux parents et aux personnes autour de trouver l’étincelle qui peut faire le déclic. »

Valoriser le jeune passera peut-être par les arts, par les sports, par les activités sociales. Il faut prendre le temps de le découvrir.

Dave Ellemberg

Au-delà des notes scolaires

« Il n’y a pas juste l’intelligence logique, mathématique et linguistique », souligne Nadia Gagnier, citant la théorie des intelligences multiples du psychologue de développement Howard Gardner. « Il y a diverses formes d’intelligence, comme l’intelligence interpersonnelle ou intrapersonnelle, l’intelligence kinesthésique – ceux qui apprennent un nouveau sport et attrapent le talent tout de suite. C’est une bonne [idée] pour les enseignants et même les parents de valoriser autre chose que l’apprentissage scolaire. »

Chargement en cours