Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 19 mars 2019

Le troublant mécanisme de l’exploitation sexuelle des jeunes filles

Publié le

Catherine Proulx, Nathalie Gélinas et Dominic Monchamp au micro de Catherine Perrin.
Catherine Proulx, Nathalie Gélinas et Dominic Monchamp   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Victimes, proxénètes, clients... Ils ont chacun leur rôle à jouer dans la prolifération du commerce du sexe, pour lequel la demande ne cesse de croître. Autour de la websérie Trafic, la réalisatrice Catherine Proulx (De garde 24/7, Justice), l'intervenante Nathalie Gélinas et le policier Dominic Monchamp expliquent à Catherine Perrin comment Internet a diversifié le profil type des proxénètes et de leurs proies.

« Il y avait un portrait type, dans mes premières années d’enquête », dit Dominic Monchamp au sujet des jeunes filles entraînées dans le travail du sexe. « C’était des jeunes filles de milieux plutôt pauvres, déjà victimisées, carencées [sur le plan affectif] et qui sont déjà passées par le système de protection de la jeunesse. C’est toujours vrai, mais de plus en plus, on voit des jeunes filles [et] des jeunes garçons qui viennent de familles typiques. Ils font des études, ils sont avec leurs parents, leurs parents sont ensemble… »

L’étranger qui offre des bonbons au coin de la rue, maintenant, il est présent dans chacune de nos maisons, avec les médias sociaux.

Dominic Monchamp

La femme comme objet

Nathalie Gélinas, du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal, décrit le profil du proxénète : « Il y a souvent, autour de lui, une influence négative des pairs. On va trouver des jeunes qui fréquentent déjà de jeunes adultes qui tournent autour du milieu du proxénétisme. […] Il y a tout le regard envers les femmes, aussi : il y a comme un abandon de la relation avec la femme; elle est plus un objet. Il y a aussi une colère envers la femme; toute une agressivité et un manque d’empathie envers l’autre. »

Il y a un engouement pour […] contrer le proxénétisme, mais n’empêche que, sur le terrain, les jeunes sont très attirés par ce milieu-là, parce que, oui, c’est payant.

Nathalie Gélinas

Le client, cette énigme

« C’est un peu comme si le client était invisible, souligne Catherine Proulx. Pourtant, il fait vraiment partie de l’équation. Ce qu’on m’a dit, c’est : "Si tu retires le client, on n’est plus là personne. Si tu retires le proxénète, ça se peut qu’un autre le remplace. Si tu enlèves la fille, il y en a sûrement une autre qui va prendre sa place." Si c’est si lucratif, s’il y a tant de gens qui le font, c’est que [le client] est là. »


La websérie Trafic peut être regardée dès aujourd’hui sur le web. De nouveaux épisodes seront mis en ligne les 26 mars et 2 avril.

Chargement en cours